Seuls tome 10 la machine à démourir – Gazzotti & Vehlmann

Seuls tome 10 la machine à démourir - Gazzotti & VehlmannTitre : Seuls
Tome 10, la machine à démourir
Bande dessinée
Thèmes : 
aventure – enfant – mort – amitié
Nombre de volumes vf : 10 (en cours)

Scénario : Fabien Vehlmann
Dessin : Bruno Gazzotti
Édition : Dupuis
Nombre de pages : 48
Date de sortie :  18 novembre 2016
Prix : 10,95€ album – 5,99€ numérique
Acheter Seuls tome 10 la machine à démourir sur Amazon.
Lire aussi la critique du tome 9 de Seuls, avant l’enfant minuit.

Il en dit quoi le résumé ?

Perdus dans la neige, Terry et le Maître des couteaux trouvent refuge dans un gigantesque hangar qui abrite le 5e Salon du jouet. Après avoir couru « partout comme un gros dingo pour tout essayer », Terry a une illumination géniale : avec les moyens du bord ― et une bonne dose d’optimisme enfantin ―, il va tenter de construire une « machine à démourir » qui devrait leur permettre de quitter le Monde des Limbes et de retourner dans le monde des vivants.

(Normalement le résumé est plus long mais comme il spoile pratiquement tout je te conseille de ne pas rechercher à le lire)

Et moi, j’en pense quoi ?

/!\ Cette critique va contenir des spoilers des précédents tomes, en particulier du 9eme. /!\

Le tome 9 remonte à tellement longtemps que j’en avais un peu oublié ce qu’il s’y passait et les premières pages de celui ci ne nous donne pratiquement aucun rappel… Une petite relecture rapide, ou au moins un feuilletage, s’avère pratiquement indispensable avant de se lancer.

Seuls tome 10 la machine à démourir - Gazzotti & Vehlmann

On retrouve ainsi Terry et le maitre des couteaux pris dans une tempête de neige. Ils s’abritent bientôt dans un endroit que l’enfant à repéré depuis une colline. Pour son plus grand bonheur le bâtiment accueille justement un immense salon du jouet entièrement vide. Peluches gigantesques, voitures téléguidées, karts de compet’ et même drones s’offrent à leur imagination et à leurs besoin. C’est d’ailleurs en croisant un stand représentant le docteur Frankenstein que Terry va avoir une idée absurde et qui pourtant pourrait fonctionner : Construire une machine à démourir. Après tout, si mourir dans les limbes ce n’est pas vraiment mourir pourquoi ne pourrait-on pas trouver un moyen de s’échapper en démourant ? Ce n’est pas plus idiot.

Un tome qui se concentre presque exclusivement sur Terry.

Alors que la fin du tome 9 nous laissait supposer un tome  très sombre et essentiellement tourné vers Dodji et l’étrange personnage qui venait de l’enlever, on ne le verra finalement que très peu et dans des scènes d’une utilité très discutable pour la suite de l’histoire.

Leyla et Ivan n’apparaissent tou.te.s deux qu’une seule page durant alors que pourtant iels sont dans le pétrin et qu’on aimerait en savoir plus. Camille, qui a révélé sa véritable identité dans le tome précédent, tente de foutre le boxon et les autres enfants sont un peu mis de coté dans ce segment. Seul Anton, resté chez les érudits, semble avoir fait une découverte intéressante. Intéressante mais dangereuse à en croire l’avertissement qui lui est donné.

Seuls tome 10 la machine à démourir - Gazzotti & Vehlmann

Finalement, ce tome se concentre presque exclusivement sur Terry et le maitre de couteaux, alias Koupchou.
Le petit garçon, qui jusque là était enfantin et un peu inutile a bien pris de la bouteille depuis le premier tome et semble avoir atteint un age ou il est tiraillé entre ses envies d’enfants et les responsabilités qui viennent de lui tomber dessus maintenant que ses ami.e.s ne sont plus là pour le protéger.

Il ne se passe rien ? Ce n’est pas tout à fait vrai.

On peut facilement avoir l’impression qu’il ne se passe pas grand chose dans ce volume parce que ce n’est pas ce que nous attendions, mais si on se concentre sur Terry, comme les auteurs semblent vouloir qu’on le fasse, il se passe au contraire une chose très importante. Si c’est un jeune enfant tout excité qui entre dans le salon du jouet en page 2 c’est un adolescent bien plus mature et capable qui le quitte au final. Alors que Dodji, le fort et battant Dodji, stagne dans sa propre aventure, le frêle et enfantin petit Terry va devoir découvrir beaucoup de choses sur lui même et sur la vie dans  la sienne.

C’est donc un bon tome pour l’évolution de ce personnage, et il y a quelques cases vraiment classe, surtout avec le dinosaure, mais ça a été fait au détriment des autres personnages, ce qui est un peu dommage. Espérons qu’on retrouvera celleux qui nous ont manqué ici dans le prochain volume. Même si, du coup, j’aimerais savoir si la machine à démourir va dévoiler son potentiel ou non…

Seuls tome 10 la machine à démourir - Gazzotti & Vehlmann

Info de dernière minute : J’apprends qu’en fait chaque tome du troisième cycle sera centré sur l’un des enfants de Fortville. Le 11eme verra donc Terry (et sa machine ?) être relégué au second plan pour laisser la place à un.e autre héro.ïne. Mais qui ? Des indices semblent en porter certain.e.s à penser qu’il s’agira d’Yvan et j’espère que cette intuition s’avèrera correcte car il a beaucoup de choses à nous dire !

En résumé

Points résolument positifs : L’évolution de Terry, les décors très classe, de plus en plus travaillés.
Point hélas négatif : Les autres personnages sont vraiment mis de coté.

Enregistrer

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.