Platonik – Nila Kazar

Platonik - Nila KazarTitre : Platonik
Roman
Pays d’origine :
France
Thèmes : 
écriture – amour – sexe – abstinence – impuissance
Autrice : Nila Kazar
Édition : Itil Editions
Collection : Littérature
Nombre de pages : 268
Date de sortie :  23 novembre 2017
Prix : 18€ broché – 2,99€ numérique
Acheter Platonik sur Amazon.
Le site de l’autrice.

Il en dit quoi le résumé ?

Laura, jeune romancière au caractère bien trempé, rencontre Duncan, auteur célèbre et vieillissant, atteint d’une maladie rare. Il lui demande de l’aider à se documenter pour un projet de livre. Cela tombe bien, elle est en panne dans son nouveau roman. Un lien ambigu se tisse entre les deux écrivains, entre le désir et son empêchement, entre la création et ses entraves. Alors qu’ils séjournent ensemble à l’étranger, par la grâce d’une rencontre amoureuse, Laura s’affranchit des exigences de plus en plus abusives de Duncan. Mais jusqu’où ce diable d’homme est-il capable d’aller ? Élégant dans la forme et audacieux dans le fond, Platonik s’empare d’un thème orphelin en littérature pour le renouveler à travers deux personnages formidablement incarnés.

Et moi, j’en pense quoi ?

Une écriture habile et parfois amusante, mais une histoire à laquelle il manque d’un petit je ne sais quoi (à prononcer avec l’accent anglais si tu veux rendre ça plus sexy), ce qui a eu pour effet de me maintenir en dehors du récit presque du début à la fin.
Dommage, vraiment, car le style est sympa, très fluide.

Le thème, comme promis par le résumé est peu abordé en littérature (à mon humble connaissance, en tout cas). Et peut-être est-ce parce que je ne m’attendais pas à ça que je n’ai pas réussi à m’emballer pour l’épopée littéraire de Laura et Duncan.
Un thème dont je ne peux rien te révéler puisqu’il fait partie intégrante de l’intrigue de l’histoire (du moins au début).

À noter aussi, qu’à aucun moment je n’ai réussi à m’attacher à Duncan. Comme souvent avec les personnages présentés comme extrêmement populaires, je ne parviens pas à voir en quoi ils sont si fantastiquement attachants. Même quand vient le moment des révélations sur son passé, elles sont à ce point attendues qu’il est impossible d’en être surpris.
Quant à Laura, si elle ne m’est antipathique, on ne peut pas non plus dire que je l’ai trouvée passionnante.

Malgré tout, ça se lit très bien et très facilement. Il y a de bons mots et quelques réflexions intéressantes.

Est-ce que je retenterai l’expérience avec Nila Kazar ? Ça se peut, car son écriture est agréable et qu’avec un thème me parlant d’avantage, ça pourrait carrément le faire.

En résumé

Points résolument positifs : le style, le thème qui se révèle au bout d’un moment et qui surprend, les touches d’humour bienvenues.
Points hélas négatifs : ce thème, justement, qui n’affolera pas tout le monde, des personnages pas assez attachants.

Pas de pitié pour les romans !! (challenge et défi Dorothée 2018) Défi lecture 2018 [Challenge] Les Irréguliers de Baker Street

 

7 thoughts on “Platonik – Nila Kazar”

  1. Je ne connaissais pas du tout !! en tout cas, ça n’a pas l’air d’être un roman banal… ! je ne passe que maintenant désolée, mais je rentre du Var (et de la neige, du coup ^_^) ; j’ajoute avec plaisir ton billet au challenge « sans pitié » 🙂 merci ! et bon week-end, Kob !

    1. Ma critique ne lui rend pas vraiment honneur, j’en ai peur. Le thème est particulier, et si je n’ai pas plus accroché que ça, je reconnais que c’est très bien écrit. D’ailleurs, de ce que j’en ai lu, j’ai pas mal aimé les articles sur le blog de l’autrice aussi 😉

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.