Kaamelott tomes 2 à 4 -Alexandre Astier, Steven Dupré & Benoît Bekaert

Kaamelott BD tomes 2 à 4 -Alexandre Astier, Steven Dupré & Benoît BekaertTitre : Kaamelott
Tomes 2 à 4
Bande dessinée
Pays d’origine :
France – Belgique
Thèmes : 
fantastique – chevalier – humour
Nombre de volumes vf : 7 (en cours)

Scénario : Alexandre Astier
Dessin : Steven Dupré
Couleur :  Benoît Bekaert
Édition : Casterman
Collection : KAAMELOTT
Nombre de pages : 48
Date de sortie :  15 décembre 2007, 23 novembre 2008, 25 novembre 2009
Prix : 13,95€ album – 9,99€ numérique
Acheter Kaamelott, tome 2 : Les sièges de transport, tome 3 : L’Énigme du Coffre, tome 4 : Perceval Et le Dragon d’Airain.

Ils en disent quoi les résumés ?

Kaamelott BD tomes 2 à 4 -Alexandre Astier, Steven Dupré & Benoît BekaertTome 2 : Le péril s’abat à nouveau sur Kaamelott. De puissants objets magiques ressurgissent des profondeurs de l’oubli et menacent de tomber entre les mains d’un dangereux Chef Viking.
Qui gagnera la course pour Les Sièges De Transport ?
La troupe d’élite de Kaamelott, les Seigneurs Perceval et Karadoc ?
Ou Haki, dont la proue du Dakkar menace de fendre le sable des plages du Royaume de Bretagne ?

Tome 3 : Plus d’or à Kaamelott ! Les convois sont ils attaqués ? Quelqu’un manigance t il leur détournement ? Arthur et ses hommes mènent l’enquête et remontent la piste des chargements jusqu’au village minier. Pour résoudre l’Énigme Du Coffre, il leur faudra s’aventurer dans de lugubres galeries de mine et se transformer en cambrioleurs…

Tome 4 : Le terrible Dragon d’Airain s’est réveillé ! N’écoutant que son courage, le Chevalier Lancelot se lance au galop vers le village menacé pour terrasser le monstre. C’est compter sans l’intervention du Chevalier Perceval, bien décidé à s’acquitter lui-même de cette Quête, secondé par son furet de guerre.

Et moi, j’en pense quoi ?

Dans ces quelques volumes, les héros sont incontestablement Perceval et Karadoc. Bien que parfois accompagnés d’Arthur et toute sa clique (tome 3), c’est généralement seuls que les deux chevaliers ne rendent (ou se voient envoyés) dans différents endroits pour accomplir des quêtes aussi variées que terrasser un dragon, retrouver des voleurs d’or ou ramener un tabouret magique.

Le ton d’Astier se ressent très fortement dans les dialogues. Et tu vas me dire que c’est normal puisque c’est lui qui les a écrit… Que ce soit dans les mots choisis ou dans la façon de les exprimer on retrouve les personnages de la série. On entend même leurs voix dans nos têtes quand on lit les dialogues. Les aventures relatées sont inédites puisque jamais filmées. Parfois la série y a brièvement fait allusion, comme pour les sièges de transports, mais c’est tout.

Pour les fans pur.e.s et dur.e.s ?

Kaamelott BD tomes 2 à 4 -Alexandre Astier, Steven Dupré & Benoît BekaertOn pourrait donc se dire que c’est super et qu’on va passer un bon moment. Et, si la série t’as plu jusqu’à la fin il est très probable que tu t’y retrouves et que te apprécies la balade. Personnellement, en revanche, j’ai un problème avec ce que deviennent les personnages au bout de quelques saisons.
Si je n’ai pas trop mal négocié le virage de l’humour au drame, j’ai eu beaucoup plus de mal avec le changement de ton des personnages de… Perceval et Karadoc justement.

Au début de la série je les adorais. Perceval, toujours à coté de ses pompes et Karadoc pas beaucoup plus éveillé. Ils étaient gentiment idiots, ne faisaient de tort à personne et il était facile de les trouver attachants. Mais, alors qu’au fils des saisons ils se sont mis à prendre du grade, nous les avons vu devenir imbus de leur personne, agressifs et méprisants. A ce moment le simple fait de les voir apparaitre à l’écran commençait déjà à m’énerver.

Des personnages que je n’aimais pas trop à première vue et qui se sont révélés être, en fin de compte, absolument géniaux, j’en ai plusieurs en tête mais des héros que j’adorais et que j’ai fini par ne plus savoir piffer, je crois qu’il n’y a qu’eux.

Et justement, les Perceval et Karadoc qu’on retrouve dans cette série de BD sont ceux là même que j’ai commencé petit à petit à détester.
Dés qu’ils peuvent être arrogants, insupportables ou dédaigneux ils le sont. Aucune de leurs actions ou presque ne parvient à les racheter.

Des dessins qui manquent d’âme.

Au niveau du dessin je ne suis pas hyper fan. Je trouve les humains vraiment très moches, en particulier ceux inspirés des acteurs (à la limite les figurants s’en sortent plus ou moins bien). Les décors en revanche sont plutôt bien maitrisés. Les angles de vues se permettent de temps à autre un truc un peu fou-fou mais on est la plupart du temps sur un cadrage assez traditionnel de face ou de trois-quart face.
On ne part pas vraiment sur de la mauvaise qualité mais on est en plein dans le franco-belge « sérieux » (pas les gros nez donc, l’autre franco-belge, le pseudo réalisme) et de base c’est pas, mais alors pas du tout, mon genre favoris.

Je n’ai pas super envie de m’appesantir sur chaque tome individuellement. Parce qu’on m’en a prêté six et que je n’ai pas envie de critiquer six fois la même chose. Je vais donc faire un rapide résumé de ce que j’ai aimé dans chacun d’entre eux, parce qu’il y a quand même de bonnes choses à en tirer, les points négatifs étant identique pour tous les tomes lus jusqu’à présent. Au niveau des aventures elles sont généralement assez sympa, on y reconnait le style Astier et il ne s’agit pas de simple copier-coller de la série télé mais de quêtes annexes, ce qui doit être soulignés parmi les bonnes surprises.

Kaamelott BD tomes 2 à 4 -Alexandre Astier, Steven Dupré & Benoît Bekaert

Points positifs, tome par tome :

Kaamelott, Tome 2 : Les sièges de transport : L’histoire ridicule d’Arthur avec ses navets, le déménagement de son bureau et tous les problèmes qui en découlent est plutôt revigorante et prête à sourire. La chute (… Celleux qui l’on lu comprendront pourquoi ce silence) m’a aussi beaucoup plus.

Kaamelott Tome 3 : L’Énigme du Coffre : Cette fois il y a plus de chevaliers sur la route (Arthur, Lancelot, Léodagan) Ce qui laisse moins de pages à Perceval et Karadoc pour être désagréable. Ça fait des vacances mais je n’ai pas vraiment accroché à l’aventure en elle même.

Kaamelott Tome 4 : Perceval Et le Dragon d’Airain : Nouvelle aventure Peper/Kara. Sauf que cette fois Lancelot aussi passe pour un connard… Bon, pour le coup, la détermination de Perceval qui veut à tout prix que le dragon soit gentil est presque cool. Bon allez, le dernier gag m’a aussi fait sourire.

Pas pour celleux qui ne supportent pas Perceval et Karadoc.

J’ai rencontré peu de gens à qui ces personnages font le même effet qu’à moi. Presque tou.te.s celleux à qui j’en ai parlé continue de les aimer autant qu’au premier épisode. Je ne comprends absolument pas pourquoi ce changement dans leur comportement ne dérange que moi mais bon, tant pis. Ou c’est juste mon humour qui a changé ? Mais les premiers épisodes continuent de me faire marrer donc j’ai pas l’impression… Enfin, du coup je me répète, si tu fais partie de ces gens qui n’ont pas vu de changement entre ceux qu’ils étaient au début et à la fin de la série ou qui l’ont vu mais n’ont pas trouvé ça dérangeant, il est très probable que cette BD te plaise. Si, par contre, tu espérais y retrouver les gentils niais inoffensifs de la saison un, je te conseillerais plutôt de passer ton chemin.

Kaamelott BD tomes 2 à 4 -Alexandre Astier, Steven Dupré & Benoît Bekaert

En résumé

Points résolument positifs : Il y a quand même des gags qui marchent bien et quelques bon mots.
Points hélas négatifs : La plupart des perso sont à la limite du supportable. Je ne sais pas si l’humour d’Astier passe moins bien à l’écrit mais tous ou presque passent pour des emmerdeurs. Les dessins ne sont pas franchement extraordinaires.

4 thoughts on “Kaamelott tomes 2 à 4 -Alexandre Astier, Steven Dupré & Benoît Bekaert

  1. Je n’ai jamais aimé Karadoc, dès le départ je l’ai trouvé un peu trop content de lui même. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi Perceval était si proche de lui, ils n’ont clairement pas les mêmes buts ni les mêmes valeurs.
    Je pense pas que Perceval a changé, sa loyauté indéfectible envers Arthur est très touchante. Simplement, à mesure que Karadoc s’est trouvé en mesure d’exprimer son potentiel de gros con, il est resté à ses cotés alors qu’il aurait du le laisser tomber. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi.
    Il y a bien eu un moment où j’ai cru qu’il allait s’en détacher, quand Karadoc a voulu enlever l’épée du rocher ou quand il est devenu roi. Après, pour son comportement quand Karadoc est devenu roi, ben je pense qu’il a suivi le mouvement sans vraiment y réfléchir. Le fait qu’il déteste cordialement Mewani tient sans doute au fait qu’il la tient pour responsable du départ d’Arthur.
    1. Je dois avouer que je ne me souviens pas du tout du moment où Karadoc devient roi… Faudrait surement que je revois quelques épisodes.
      Mais Mevanwi il la détestait déjà avant le départ d’Arthur, non ? Ça remonte à trop longtemps, j’ai oublié trop de choses (même si j’ai découvert la série sur le tard.)
      1. Oui, il ne l’a jamais aimé, il dit toujours qu’elle est moche. En fait, j’ai toujours pensé qu’il voyait qu’elle était quelqu’un de mauvais. C’est aussi pour ça que je n’ai jamais vraiment compris pourquoi il était toujours avec Karadoc…

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.