Jouer sa peau – Nassim Nicholas Taleb

Jouer sa peau - Nassim Nicholas TalebTitre : Jouer sa peau. Asymétries cachées dans la vie quotidienne.
Tome 5 de la série Incerto
Essai
Pays d’origine :
USA
Thèmes : 
développement personnel – management – société
Auteur : Nassim Nicholas Taleb
Édition : Les Belles Lettres
Nombre de pages : 384
Date de sortie :  28 décembre 2017
Prix : 24,90€
Acheter Jouer sa peau sur Amazon.

Il en dit quoi le résumé ?

Êtes-vous prêt à mettre votre peau en jeu ?

Pourquoi devrait-on cesser d’écouter ceux qui parlent au lieu d’agir ? Pourquoi les entreprises font-elles faillite ? Comment se fait-il que nous avons plus d’esclaves aujourd’hui qu’au temps des Romains ? Pourquoi imposer la démocratie aux autres pays ne marche jamais ?

Réponse : trop nombreux sont ceux qui dirigent le monde sans mettre leur peau en jeu.

Dans son livre le plus provocateur à ce jour, Taleb donne sa définition et ébranle les nôtres : qu’est-ce que comprendre le monde, réussir sa vie professionnelle, contribuer à une société juste ou injuste, détecter les non-sens et influencer les autres ?

D’Hammourabi à Sénèque, du géant Antée à Donald Trump, de Kant à Gros Tony, Taleb choisit ses exemples et montre qu’avoir quelque chose à perdre, vouloir accepter le risque, y voir une question de justice, d’honneur et de sacrifice, est pour les héros, les saints et bon nombre d’êtres humains épanouis… une essentielle règle du jeu.

Et moi, j’en pense quoi ?

Nassim Taleb est surtout connu pour son précédent livre, Antifragile, et, peut-être plus encore, pour le second volume de sa série littéraire Incerto, Le cygne Noir, dont Jouer sa peau est le cinquième et dernier opus. Ça fait longtemps que je me dis que je devrais lire ces deux bouquins, surtout que j’en ai entendu pas mal de bien. Mais bon, il y a toujours autre chose à lire, autre chose à faire… Tu connais ça aussi. Du coup, quand j’ai vu apparaitre ce titre lors du dernier Masse Critique, je n’ai pas hésité longtemps, et je l’ai coché. Ça allait être l’occasion d’enfin faire connaissance avec ce trader à la retraite.

Essai qui aurait, je pense, facilement pu être deux fois plus court.

Bon, déjà, première impression après quelques dizaines de pages tournées seulement : Ah, ce que l’excès de Storytelling à l’américaine me broute. L’auteur illustre chacun de ses propos par plusieurs exemples, (au cas où son public ne pourrait pas comprendre avec un seul ?) et ça devient vite redondant.
Car oui, si les idées développées ici sont en grande partie intéressantes, bien que je ne les partage pas toutes, elles sont à ce point répétées, mixées, allongées, étirées et grossies encore et encore, que le tout en devient rapidement un poil indigeste. Si bien qu’il m’est arrivé de sauter quelques pages quand je voyais qu’un sujet pourtant déjà bien documenté, allait être encore développé jusqu’à plus soif.
Et c’est dommage.
Parce qu’en étant un tant soi peu honnête, il est difficile de ne pas être d’accord avec les grandes lignes de cet ouvrage. Ceux et celles qui prennent les décisions devraient être ceux et celles qui ont quelques choses à perdre dans l’affaire.
De la pure logique, non ?
Heeem, quand on regarde comment fonctionne notre société, non, pas tellement. D’après l’auteur, c’est d’ailleurs pour cela que bien des choses vont mal. Et je ne peux pas vraiment lui donner tord. Même si on va quand même éviter les explications mono-causales un peu trop simplistes.

Mais du coup, donne t-il une solution à ce problème ?

Autant être clair tout de suite : non.
Mais ce n’est pas forcément un mal. Tu ferais confiance, toi, à un mec qui te dit qu’il a LA solution pour que le monde tourne plus rond ? Une solution qu’il a trouvé tout seul au prix de nombreuses nuits d’insomnies ? Non, pas vrai ? Ben, moi non plus.
Du coup, que ce livre ne se termine pas sur un DIY en 5 étapes pour rendre le monde plus juste en mettant sa peau en jeu, ça me rassure.
Au lieu de ça, Taleb nous invite plutôt à réfléchir avec lui sur toutes les problématiques soulevées dans son livre et illustrées pas ses trèèèès nombreux exemples, et ça, c’est beau.

Donc, est-ce que ce livre est intéressant et abordable même quand on n’a pas lu les 4 premiers ? Oui, vraiment. Ça ne peut faire de mal à personne d’en lire un morceau ou même l’entièreté. Il y a des choses à apprendre, même si pour beaucoup, ce sont des sujets que l’on a déjà toutes et tous abordés avec soi-même ou avec des potes autour d’un verre.
En revanche, est-ce qu’il est trop long pour ce qu’il à dire ? Oui, hélas. Se calmer un peu sur les exemples, parfois vachement éloignés du sujet d’origine en plus, ne pourrait clairement pas faire de mal.
Et, est-ce que je lirai les autres tomes d’Incerto ? Peut-être, oui. Mais pas tout de suite.

En résuméDéfi lecture 2018

Point résolument positif : donne à réfléchir.
Points hélas négatifs : trop long, trop d’exemples.

2 thoughts on “Jouer sa peau – Nassim Nicholas Taleb”

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.