Zhenniao – Yayohi Monzen

Zhenniao - Yayohi MonzenTitre : Zhenniao
One-shot
Manga
Pays d’origine :
Japon
Thèmes : 
fantasy – yaoi – hybrides 
Autrice : Yayohi Monzen
Édition : IDP HOME VIDEO (Boy’s Love)
Collection : Hana
Nombre de pages : 192
Date de sortie :  1 mai 2017
Prix : 7,95€
Acheter  Zhenniao sur Amazon.

Il en dit quoi le résumé ?

Dans un lointain pays, il existe un oiseau nommé zhen. C’est un être à la fois merveilleux et néfaste, qui se repaît de nourriture toxique et exhibe sur ses ailes les mille couleurs des poisons qu’il absorbe…

Fei, ancien éleveur de zhen, a fait ses classes comme général dans l’armée impériale. Mais lorsque son frère est tué dans des circonstances obscures, il est contraint de renouer avec son précédent métier. Fei devra faire face à ce décès mystérieux et au traitement odieux que l’on réserve à ces bêtes pourtant semi-humaines, dont la fierté ne cache pourtant qu’un simple besoin d’amour.

Et moi, j’en pense quoi ?

Il existe un pays où sont élevés des oiseaux très particuliers. De taille humaine, ils en auraient également presque l’apparence si au lieu des bras ne s’étendaient de superbes ailles colorées et en guise de pieds ils n’avaient des serres prêtes à tuer.
Ces animaux colorés sont maintenus captifs par quelques éleveurs qui leur consacrent leur vie. Ils sont réputés dangereux et ce à juste titre. Ne se nourrissant que de plantes hautement toxiques qui donnent ces jolies couleurs, cela les rend surtout extrêmement venimeux. Une morsure peut évidement tuer mais le simple fait de rester à leur contact trop longtemps est également déconseillé.

Zhenniao - Yayohi Monzen

Fei, ancien éleveur aujourd’hui reconverti comme général, hérite à la mort de son frère de la tache de maintenir en vie le zhen qu’il élevait et qu’il venait de vendre au haut maréchal. Celui ci souhaite exhiber son nouvel achat et profiter de sa beauté mais Cai Hong ne souhaite pas n’être à jamais qu’un animal dont on dispose et qu’on expose aux yeux d’invités de prestiges.
Et son in-contrôlabilité lui vaudra une toute nouvelle attention.

Bien qu’il ne devait que remettre l’oiseau à son nouveau maitre puis repartir, Fei se retrouve à devoir s’en occuper plus longtemps car il effraie tous les autres employés du Haut Maréchal.  Cette relation va lui permettre de comprendre la mort de son frère ainsi que ce zhen que celui ci chérissait tant et qui pourtant s’est retourné contre lui.

Scénario original et dessins superbes.

C’est une histoire assez particulière, très différente de ce qu’on voit généralement. La relation qui uni Cai Hong, le zheng, et Fei se veut non-conventionnel et les deux protagonistes étant pour le moins distants elle aurait pu ne jamais dépasser le stade de l’amitié, voir de la fraternité, sans que ça ne choque vraiment.

Zhenniao - Yayohi Monzen

Cette façon qu’à l’autrice de nous garder en permanence en retrait de l’histoire la dessert un peu. La curiosité nous pousse à continuer mais il n’y a pas vraiment d’attachements qui se crée. Tout parait trop froid, au moins dans la première partie. Après ça s’intensifie un peu, mais encore faut-il tenir jusque là.

L’autrice aborde, même si c’est de façon assez superficielle, le fait que les zhens ne peuvent vivre libres pour la simple raison que les humains ont réussi à se rendre indispensables à leur survie. Elle ne prend pas vraiment position mais on peut lire en sous texte dans les paroles de Cai Hong une envie de dénoncer certaines choses sans forcément être prêt à s’y investir vraiment.

Différent et intriguent.

La nouvelle qui clos l’album, « Devenir la plus belle des fleurs » et mettant en scène une fleur et un bourdon humanisés m’a vraiment plus. Encore une fois le thème et les persos sont un peu barrés et bien qu’elle soit très courte le résultat a vraiment de la gueule.

Les dessins sont très beaux, très fouillés. C’est un plaisir. Ça manque peut-être parfois un poil de dynamisme mais ça colle finalement assez au coté très posé de l’histoire.
Si j’avais quelque chose à reprocher de ce coté là ce serait qu’un manga qui insiste autant sur l’importance des couleurs gagnerait à ne pas rester en noir et blanc…
Mais quel cassage de cul ça aurait été de colorer des plumes arc-en-ciel à chaque page ou presque.

Zhenniao - Yayohi Monzen

En définitive, malgré ces défauts c’est une série que je n’hésiterais pas à recommander. Que ce soit pour son coté décalé, étrange et pour ses très belles illustrations.
Le mieux reste que tu te fasses ton propre avis.

En résumé

Points résolument positifs : Très beau, thème original.
Points hélas négatifs : Garde læ lecteurice toujours un peu en retrait. Aurait mérité d’être en couleur vu l’importance de celles ci dans la trame.

8 thoughts on “Zhenniao – Yayohi Monzen

  1. La couverture est très bizarre, on ne comprend pas bien pourquoi il le nourrit de cette manière. C’est une impression ou c’est un peu glauque ?
    1. Dans les faits si ça existait ça le serait probablement, oui, mais le manga ne se veut pas du tout glauque.
      Il le nourrit parce que le zhen n’a pas de main et ne peux se nourrir seul, c’est tout. Après il y a toute une dimension sensuelle et dangereuse au vu de la toxicité de l’oiseau et de sa nourriture.

      En fait, je la trouve assez jolie, perso, la couverture.

  2. Je l’ai lu et je suis d’accord. Je pense qu’il aurait été bien de le mettre en couleur. >~<

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.