Void – Ranmaru Zariya

Void - Ranmaru ZariyaTitre : Void
One-shot
Manga – yaoi
Pays d’origine :
Japon
Thèmes : 
amour – trahison – nouvelles technologies – érotique – vengeance
Autrice : Ranmaru Zariya
Édition : Taifu Comics
Collection : Taifu Yaoi
Nombre de pages : 216
Date de sortie :  23 novembre 2017
Prix : 11,90€
Acheter Void sur Amazon.

Il en dit quoi le résumé ?

À l’occasion de son anniversaire, Maki reçoit comme cadeau Arata, un humanoïde fabriqué par les humains pour devenir son « animal de compagnie ». Une surprise qui n’enchante guère Maki, jusqu’à ce qu’on lui annonce que ce dernier a la particularité d’avoir les gênes du défunt Ren, l’homme qu’il aimait et qui l’a trahi par amour pour son grand frère. Le cœur de Maki n’ayant jamais pu soigner sa profonde blessure, pourra-t-il se venger sur Arata et obtenir l’amour inconditionnel qu’il espérait tant de la part de Ren ?

Et moi, j’en pense quoi ?

Bon, d’accord, l’histoire est un peu originale parce qu’au lieu de deux humains, on a un humain et un androïde, mais à part ça, c’est très basique aussi bien dans l’idée que dans le déroulement. Un mec très riche qui va faire subir toute sorte d’horreurs à un plus jeune qui est raide dingue de lui, pour finalement se rendre compte que faire du mal c’est pas très gentil et donner le choix à sa petite victime de rester ou pas. Mouaif, bof, j’ai déjà vu plus inspiré. Mais aussi plus subversif ou donnant à réfléchir, si c’était ça le but.

Graphiquement sympa, mais vide de sens.

Après, tout n’est pas à jeter non plus. Les dessins sont sympas, même si tous les personnages se ressemblent un peu, la couverture est très très classe et aurait suffit à elle seule à me faire acheter le bouquin, et on a quelques scènes plutôt cool avec de jolis jeux de lumières. Enfin, de manière générale il n’y a rien à reprocher à la forme, y compris en ce qui concerne l’édition luxe proposée par l’éditeur (pourquoi une telle édition pour ce titre en particulier, en revanche, je cherche encore). C’est un beau manga, mais qui pèche, hélas, un peu sur le fond.

Comme, je l’ai soulevé dans l’introduction, la trame est extrêmement traditionnel. Maki était amoureux d’un garçon, mais celui-ci est mort et il ne s’en est jamais tout à fait remis. Heureusement, un jour un de ses amis débarque chez lui avec une surprise, un humanoïde de compagnie à qui on a implanté les souvenirs du défunt. On découvre alors que le petit ami à fait souffrir Maki en l’utilisant comme substitut à son véritable amour. Ce dernier, en ayant gardé beaucoup de ressentis va alors se venger sur Arata, l’androïde, en… le violant à répétition. Logique, quoi.

Void - Ranmaru Zariya

** Spoiler zone **

Certaines zones restent très floues et bizarres. La mort de Ren, par exemple. Je ne comprends pas comment une telle technologie pourrait fonctionner. Si on doit mourir pour sauvegarder une partie de nos souvenirs et de notre caractère (et juste une partie, pas tout), qui pourrait être intéressé par cela ? Sérieusement, à part précisément dans le cas de Ren, qui fait ça par amour, je ne vois pas qui pourrait être les clients d’entreprises proposant ce genre de services.
 À la limite, le faire mourir à cause d’une mauvaise manip ou d’un accident, ça passerait, mais que ça fasse partie du processus d’extractions de données, c’est too much.

Pareil en ce qui concerne l’effacement de l’imprint. Ça permet en effet de supprimer les sentiments imposés par celui-ci, mais la personnalité d’Arata n’en reste pas moins faite d’un mix de celle ce Ren et d’un gloubi-boulga généré aléatoirement. Il risque donc de rester sous le charme du frère de Maki même après ça, comme l’était Ren.

Je pourrais aussi soulever le fait que Maki soit toujours plein aux as alors qu’il se morfond de son amour perdu et ne travaille plus depuis sept foutues années, mais on va dire que je pinaille sur pas grand chose.

** Fin des spoilers **

Dans l’incompréhension totale du foin qu’on a fait autour de ce yaoi.

Finalement, ce yaoi n’a pas su me transporter, peut-être en partie à cause de la hype qui l’entourait à sa sortie ? S’il y a quelques trucs sympas, la majorité des idées qui y sont développées n’ont rien de révolutionnaires. Ajouter des droïdes à un scénario basique ne va pas le rendre meilleur pour autant. Je reste sur ma faim.

À qui il faut l’offrir ? À un·e yaoiste en recherche de beaucoup de scènes de sexe non censurées (et non consenties) mais joliment dessinées…

En résuméChallenge un max de BD en 2018

Points résolument positifs : c’est beau, le contexte est un peu différent de la norme. En plus, sur la couverture on dirait Jian Yi et Red Head, ce qui a beaucoup contribué à mon envie de lire ce manga, j’avoue.
Point hélas négatif : ça ne vole pas bien haut, toute la partie qui aurait pu être intéressante en rapport avec les sentiments des droïdes (Sont-ils « humains »? Leurs sentiments valent-ils quelque chose ? Sont-ils simplement sentients ?) est passée sous silence.

 

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.