Trollhunters – Guillermo Del Toro & Daniel Kraus

Trollhunters - Guillermo Del Toro & Daniel KrausTitre :  Trollhunters
Roman jeunesse
Pays d’origine :
États Unis – Mexique
Thèmes :
Trolls – adolescents
Auteurs : Guillermo Del Toro & Daniel Kraus
Édition : Bayard Jeunesse
Nombre de pages : 384
Date de sortie :  25 mai 2016
Prix : 18,90€ album – 10,90€ numérique
Acheter Trollhunters sur Amazon.

Il en dit quoi le résumé ?

En 1965, des enfants disparaissent mystérieusement dans une petite ville de Californie. Jack Sturges, 13 ans, est enlevé à son tour, sous les yeux horrifiés de son frère Jim. Quarante-cinq ans plus tard, le fils de Jim, Jim junior, doit supporter la paranoïa de son père, qui a transformé la maison en forteresse pour protéger sa famille. Pourtant, une créature étrange réussit à se faufiler dans la chambre du garçon et le kidnappe…
Attention : des trolls sortent de l’ombre et s’attaquent aux humains, leur plat favori…

Et moi, j’en pense quoi ?

Ayant adoré le labyrinthe de Pan j’avoue n’avoir pas hésité une seconde en voyant ce titre. Un thème peu abordé en littérature et un auteur dont j’aime logiquement beaucoup l’univers, ça aurait dû plutôt bien se passer.

Sauf que si Del Toro est capable d’imaginer des créatures horrifiques et spectaculaires qu’elles soient pleines de poils et de crocs ou de tentacules, ça n’a visiblement pas été suffisant pour les rendre intéressantes 400 pages durant.

J’ai trouvé toute la première partie très très lente et d’un l’intérêt limité.
Jim est un gamin ordinaire, un peu loser et sans ami (sauf un). Sa maison a été transformée en forteresse par son père, une espèce de dingue qui prétend avoir vu son grand frère se faire enlever par un monstre alors qu’il était âgé de 6. Incapable de faire le deuil comme de se persuader qu’il a tout imaginé, il est devenu un adulte angoissé et sans ambition qui n’aide en rien la non popularité de son rejeton en passant pour le weirdo de service de San B.

Un postulat de départ très ordinaire.

Bien sur Jim Junior en pince pour une fille, jolie mais pas dans la norme. Marrante, grande gueule, sure d’elle et totalement décalée, l’exact opposé de toutes les pouffes qui pullulent au lycée. Mais comme personne n’est parfait l’adolescente semble davantage s’intéresser au caïd de service qu’à lui. Capitaine de l’équipe de foot, basketteur insupportable et beau gosse tyrannique, Steve. Aka le connard qui raquette le meilleur (et seul) pote de Jimmy.

Presque un demi tome se passe avant que n’apparaisse le premier troll. Un demi tome où tout ce qu’on a à se mettre sous la dent c’est la vie ennuyeuse de Jim. Entre cours de gym de l’horreur, répétition d’une pièce de théâtre qui va à coup sur mal se passer et harcèlement scolaire de la part du costaud de service.

Je n’ai pas trouvé ça hyper bien écrit. Le rythme est quasi inexistant, les descriptions sont telles qu’il est extrêmement difficile de se faire une image mentale des scènes, à moins que ce ne soit le manque d’enthousiasme lors de ma lecture qui ait été un frein, va savoir. A cela s’ajoute des enchainements d’actions où, vraiment, il manque des morceaux. On dirait parfois qu’on été supprimées des phrases, voir des paragraphes entiers entre deux actions.

Attention, zone de (petits) spoilers.

On passera aussi sur la vitesse à laquelle notre héro apprend à se servir de ses armes. Alors, ok, il est un chasseur de Troll, c’est visiblement écrit dans son code génétique vu que ses ancêtres en étaient eux aussi. D’accord. Ça n’a pas de logique dans notre monde mais d’accord, on va dire que je peux accepter ça. Mais il ne lui faut que quelques heures pour apprendre à s’en servir. Quelques heures… C’est pas sérieux. Même s’il a un don c’est trop rapide, trop facile.
Zone de spoilers terminée.

Mais le plus triste dans cet ouvrage, je crois que c’est la bataille finale. Bon, elle comporte quand même un élément que je n’ai toujours pas compris. Okay, le pont est censé amplifier la puissance de Gunmar, mais pourquoi se passe t-il ce qu’il se passe pendant le match ? Ça n’a juste pas de sens, même en prenant le pouvoir du pont en compte… Enfin, ce détail mis à part, cette bataille est vraiment cool. A ce moment l’histoire devient d’un coup beaucoup plus prenante et même mieux écrite. Il se passe des choses partout, il y a énormément de personnages actifs au même moment et pourtant on comprend tout, on se représente la scène sans difficulté.

J’ai beaucoup aimé ce dernier chapitre et c’est pourquoi je ne dirait pas que j’ai détesté ce bouquin. J’aurais même aimé que cette partie soit plus longue. Bon, pas au point d’avoir un livre plus gros, non plus… Mais il est très dommage de devoir attendre aussi longtemps avant de voir quelque chose d’intéressant se produire.

Je pense bien qu’au prochain bouquin de Del Toro je passerai mon tour.

En résumé

Points résolument positifs : Le dernier chapitre, avoir donné la parole aux trolls ainsi que leurs designs variés.
Point hélas négatif : Met très longtemps à démarrer, rythme pas foufou pendant les trois premiers quarts de l’histoire, des perso pas très originaux.

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.