Tamara tome 15 #Grosse – Darasse, Zidrou, Lou

Tamara tome 15 #Grosse - Darasse, Zidrou, LouTitre : Tamara
Tome 15 #Grosse
Bande dessinée
Thèmes : 
Adolescence – Amitié – Famille – Diversité – Mode – Obésité
Nombre de volumes vf : 15 (en cours)

Scénario : Zidrou
Dessin : Darasse
Avec la participation de : Lou
Couleurs : Benoit Bekaert
Édition : Dupuis
Nombre de pages : 48
Date de sortie :  10 février 2017
Prix : 10,95€ album – 5,99€ numérique
Acheter Tamara tome 15 #Grosse sur Amazon.
Lire aussi la critique du tome 6 de Tamara, Tu dépasses et du tome 14, Amies pour la vie.

Il en dit quoi le résumé ?

Tamara déprime grave : elle a toujours autant de mal à assumer ses 83,9 kg. Elle décide donc de faire un régime sérieux. Alors qu’elle est en train de tester le régime miracle du professeur Artichov (à base de radis vendus très cher…), elle rencontre à son cours de danse une sculpturale jeune femme de 98,5 kg (mais qui avoue ne pas se sentir bien dans sa peau quand elle passe sous la barre des 100 kg). Marie-Henriette, que tout le monde appelle « Miette », est modèle pour une agence de mannequins « grande taille » et tente de décomplexer Tamara par rapport à son poids. Timidement, Tamara poste un selfie sur Instagrammes… qui crée directement le buzz !

Poussée par Jelilah et Diego, Tamara décide alors de passer un casting XXL pour la marque emblématique des femmes un peu rondes. Drame : Miette rêvait elle aussi de devenir l’égérie de la marque en question ! La brève amitié entre Tamara et Miette va se transformer en véritable guerre où tous les coups sont permis pour faire maigrir la rivale et lui faire louper son casting.

Tamara tome 15 #Grosse - Darasse, Zidrou, Lou

Et moi, j’en pense quoi ?

Celleux, dont je faisais un peu partie, hein, ne nous leurrons pas, qui se plaignaient que ce titre commençait à ne plus vraiment ressembler à ce qu’on connaissait vont être ravi.e.s.

Dans cet album on trouve full  de gags sur le poids de notre héroïne, du malaise adolescent, des moqueries et des régimes. Mais aussi, et heureusement, de l’amitié, de l’amour et beaucoup d’humour.

Tamara grandit et devient presque une jeune adulte. Ce tome accueille enfin une plus grande variété de tenues (et ici on dit oui aux héro.ïne.s un peu plus réalistes qui remisent l’uniforme), du maquillage et une utilisation accrue des réseaux sociaux.
Une partie des personnages secondaires prend plus d’importance. Thème du tome oblige, beaucoup de figurant.e.s plus size se cachent (ou pas) dans les pages et en partie grâce à eux Tam fait la paix avec ses bourrelets. Ce volume signe aussi le retour de Diego parmi les proches de Tamara et, évidement, le reste de la famille n’est pas en reste. Amandine s’inquiète de vieillir, Philippe-André rencontre quelqu’un qui l’intéresse davantage que sa propre personne et Yoli est toujours là pour soutenir sa demi-sœur préférée.

Tamara tome 15 #Grosse - Darasse, Zidrou, Lou

Depuis quand les ados aiment les grosses ?

Le petit truc un poil illogique qui m’a quand même semblé étrange c’est la hype qui s’empare de tous les étudiants au sujet des mannequins grande taille. Que quelques uns soient intéressés ok, ce serait normal (quoi qu’aussi très dur à admettre dans une société grossophobe comme la notre. Vas y pour trouver un ado qui admettra sans crainte être d’avantage attiré par des filles aux physique non conventionnel). Mais que subitement ils s’y intéresse tous, au dépend des filles minces qui les entoure en plus… J’ai beaucoup de mal à y croire.

Malgré beaucoup de bonnes idées ce tome n’est pas pour autant parfait.Tamara tome 15 #Grosse - Darasse, Zidrou, Lou

Bien que dans sa grosse majorité ce tome m’ait plus, il y a deux-trois points moins top que j’aimerais soulever.

On passera (ou pas) sur l’une des premières pages qui sous entend qu’être « un français de souche » c’est mal et ça fait de toi un gros con de raciste. Je suis pour l’inclusion de toutes les minorités (Oh, que je hais ce mot, minorité, c’est tellement laid) dans les fictions, vraiment, je trouve généralement ça super. Du moins quand c’est bien fait. Mais là ça fait too much, vraiment. Pourquoi ne pas avoir d’origines étrangères serait une tare ?
Bon ok, il doit y avoir très peu de gens à être dans ce cas là. Moi même je ne le suis pas. Mais ça arrive et il n’y a aucune raison de s’en sentir honteux.ses, merde.

Le message de fin est un peu limite aussi.

 

Attention, là ça va spoiler.

Que Tam renonce à sa carrière de mannequin, why not. Elle n’avait après tout pas vraiment commencé. Mais que Miette en fasse de même alors qu’il s’agit de son job, juste parce que « Ouin ouin ça m’a rendue méchante, j’abandonne la scène, c’est que pour les minettes, ces conneries » erf.

Comprends moi bien, je n’ai que faire de la mode, vraiment. Ça ne m’a jamais semblé intéressant, je n’aime pas spécialement « mettre mon corps en « valeur »« , je dois avoir deux tubes de mascara à la maison, tout deux périmés depuis une éternité, et je n’ai pas souvenir d’avoir jamais acheté des fringues de marques. Tout au plus un sac Kipling à mon entrée dans le secondaire parce que, là, fallait vraiment que j’arrive à m’intégrer… (spoiler dans le spoiler : Ça n’a pas été suffisant !).

Malgré ça, je n’estime pas être en droit de dire qu’être mannequin est moins respectable qu’assistante vétérinaire. Bon, l’exemple est peu être un peu moyen vu que la seconde sauve des vies… Mais au fond, si on y réfléchis un peu il se peut que la première aussi. En montrant aux jeunes mal dans leur peau que même avec un corps qui n’entre pas dans les diktats et qu’on nous apprend dés l’enfance à détester, on peut être épanoui.e, heureux.ses et arriver à plaire.
Pourtant c’est un peu ce qui est sous entendu dans les dernières pages.

Fin du spoiler.

Alors qu’il aurait été plus judicieux de critiquer le système en lui même, le fait par exemple qu’on demande à Tamara de prendre du poids pour devenir mannequin grande taille et que cette technique pue tout autant que de demander à une autre d’en perdre pour devenir mannequin « traditionnelle », les auteurs ont plutôt choisi de critiquer ce choix de carrière. Et ça c’est bof, surtout que le reste de l’album était plutôt cool.

Donc, malgré ce dernier point c’est un album plutôt sympa, dans la lignée des premiers mais un poil modernisé.
J’avais un peu peur qu’à cause du film les albums à venir soient de moindre qualité mais on dirait que mes craintes étaient infondées.
Les fans de la première heure devraient y trouver leur compte.

En résumé

Points résolument positifs : Dans la lignée des premiers tomes mais avec une touche de modernité assez agréable.
Points hélas négatifs : La « morale » de fin, le petit dérapage du début.

Enregistrer

Enregistrer

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.