Tamara t.14 Amies pour la vie – Darasse – Bosse – Zidrou – Lou

Titre : Tamara. Amies pour la vie
Tome : 14
Série en cours
Auteur : Darasse – Bosse – Zidrou – Lou
Éditions : Dupuis
Nbre de pages : 48
Date de sortie :  1er avril 2016

Il en dit quoi le résumé ? 
Les aventures sentimentales d’une ado enrobée et un brin complexée qui découvre l’amour. Au secours ! Jelilah est en train de tomber dans les griffes d’un professeur séducteur et manipulateur ! Heureusement, elle peut compter sur sa meilleure amie Tamara pour la sortir de là…

Et moi, j’en pense quoi ? Un tome que j’ai trouvé un peu, voire carrément, en dessous des précédents.

Les quinze premières pages ne sont pratiquement composées que de « gags » tournant autour de la culpabilité que ressent Tamara d’avoir trompé Diego. Deux-trois pages à ce sujet auraient été largement suffisantes, là c’est lourd et indigeste. On a compris qu’elle s’en voulait, c’est bon, on peut avancer.

Quand enfin l’histoire passe à autre chose elle s’enlise dans la relation pas très nette qu’entretien Jelilah avec le nouveau prof trop canon. C’est une histoire qui aurait pu être belle si on ne sentait pas dés son apparition que ce prof était louche et trop parfait pour être honnête. C’est une histoire qui aurait pu être intéressante si on avait développé le personnage du prof et qu’on en avait fait un manipulateur doué et détestable pour une bonne raison. Mais là ça ressemble surtout à un règlement de compte envers les gens qui boivent du cappucino stévia soja.
Et qu’on ne vienne pas me dire que je me sens concernée, de ces trois ingrédients je ne consomme que le dernier, nan mais, oh.

La BD se veut politiquement correct envers (presque) tout le monde sauf que c’est mal amené et qu’au lieu de placer tout ces sujets de société au fil des pages de façon à ce qu’ils y aient l’air à leur place et acceptés naturellement, on en fait à chaque fois un fromage. Olala regardez, un GAY ! Olalala regardez, une MUSULMANE  ! Olala regardez, des GENS qui ne sont pas tous blancs, cis, hétéro, beaux et jeunes qui vivent pourtant ensemble sans en faire tout un foin ! Les gags s’y rapportant ne font même pas sourire tant ils donnent l’impression d’être mis là pour arracher un « Ouah, qu’est-ce qu’ils sont progressistes et ouverts les gars de Tamara » aux lecteur.ice.s alors que ça semble être l’exact inverse et qu’ils se forcent à mixer toute cette diversité en insistant un peu trop sur tout.

La « révélation » de Jelilah au sujet du Ramadan aura t-elle d’ailleurs un impact à l’avenir ? Vu que ce n’est à aucun moment ramené sur le tapis par la suite, que sa réaction est raillée par tou.te.s et qu’elle lui a été subtilement soufflée par le gros lourd de service qu’on se doit de haïr parce qu’il est tout sauf le mec bien pour lequel il tente de se faire passer, il y a fort à parier que non. Ce qui est dommage parce que c’était une des rares choses à sauver dans ce tome.

Un tome bien en deçà des autres donc et c’est dommage parce que j’adore cette série qui, en général, réussi plutôt bien a mixer toutes ces choses avec subtilité.
Il y a deux fois plus de noms que d’habitude au crédit, peut-être est-ce dû à cela ?
Quoi qu’il en soit j’espère que le suivant renouera avec les origines des personnages et du ton au risque de voir l’aventure se terminer là pour moi.

En résumé :
Point positifs :
Quelques bons mots, l’une ou l’autre situations qui pretent quand même à sourire.
Points négatifs : Pas très drôle, ficelles trop évidentes, joue trop, et mal, sur le politiquement correct.

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.