Sherlock, une étude en rose – Moffat, Gatiss & Jay

Sherlock, une étude en rose - Moffat, Gatiss & JayTitre : Sherlock, une étude en rose
Tome 1
Manga
Thèmes : Enquête – adaptation de série
Nombre de volumes vf : 1 (en cours)
Nombre de volumes vo : 3 (en cours)
Scénario :
Steven Moffat, Mark Gatiss
Dessin : Jay
Édition : Kurokawa
Nombre de pages : 228
Date de sortie :  9 février 2017
Prix : 12,60€
Acheter Sherlock, une étude en rose sur Amazon.

Il en dit quoi le résumé ?

Rapatrié d’Afghanistan à cause d’une blessure et de troubles psychologiques, le Dr. Watson retrouve un vieil ami de l’époque de la faculté de médecine qui lui présente son futur colocataire. D’un seul coup d’œil, cette personne devine qu’il s’agit d’un médecin militaire de retour du Moyen-Orient, qu’un de ses proches est victime d’alcoolisme ou encore qu’il est suivi par un thérapeute. Le nom de ce colocataire ? Sherlock Holmes.

Et moi, j’en pense quoi ?

Voilà une sortie que j’attendais depuis au moins un an, peut-être même plus. La première fois que j’en ai entendu parler aucune traduction française n’était prévue, si bien que j’avais décidé de l’acheter en anglais. Seulement celle ci a tellement été retardée en francophonie qu’une édition française à finalement émergé et c’est de celle ci que j’ai le plaisir de te parler aujourd’hui.

Sherlock, une étude en rose - Moffat, Gatiss & Jay 

Franchement, des bandes dessinées adaptées de films ou de séries il y en a eu à la pelle au cours des dernières décennies. Et tout aussi franchement, les bonnes peuvent se compter sur les doigts d’une seule main. Ce manga basé sur la série Sherlock était donc un pari semi risqué. Semi risqué, seulement ? Oui, parce qu’il n’y a qu’à voir la couverture pour se rendre compte qu’on n’a pas a faire à un amateur. Le dessin est soigné, les persos ont de la gueule et, bien que ça ne se voit pas à la couverture, la fan-base est énorme. Sortir un premier tome n’était pas exactement ce que j’appellerais un risque inconsidéré. Faire perdurer la série en revanche c’est une autre histoire.

Extrêmement fidèle à la série

La première chose à savoir est que si tu es fan de la série, que tu as vu plusieurs fois tous les épisodes et que tu les connais par cœur ou presque, tu ne seras pas surpris.e une seule fois par ce titre. Il reprend fidèlement chaque partie importante du premier épisode de la première saison. Même les répliques sont (pratiquement) toujours les mêmes.

Sherlock, une étude en rose - Moffat, Gatiss & Jay

Pages après page, chapitre après chapitre, ce manga nous replonge dans la série que nous aimons en tachant de ne rien déplacer au passage. Les personnages sont plutôt fidèles à eux même, bien que ce Sherlock soit un peu moins égocentrique que l’original, les scènes s’écoulent au même rythme, jusqu’au cadrage qui est régulièrement reproduit à l’identique.

C’est à la fois bien, tu sais que j’ai tendance à pester sur les adaptations trop libres, et légèrement frustrant. Cet épisode je l’ai regardé plus de fois que je ne saurais le dire, le redécouvrir en dessin est agréable mais me laisse aussi un petit gout de « Cette phrase là était vraiment tournée comme ça ? Elle sonne bizarre, là. » dés qu’il y a la moindre nuance. Et il n’y a en vérité pas grand monde à blâmer pour cela. Mon oreille est tellement habituée aux répliques qu’elle ne peut rester stoïque face aux changements qu’entraine obligatoirement une adaptation.
Il y a aussi le fait que je l’ai regardée plus souvent en vo qu’en vf. Si ça se met les dialogues n’ont pas changés mais j’ai oublié comment ils étaient en vf.

Sherlock, une étude en rose - Moffat, Gatiss & Jay

Un livre pour les fans convaincu.e.s

Le dessin est vraiment, vraiment bon. Les arrière plans et décors ne sont pas excessivement présents, ce qui est parfois dommage, mais quand il y en a ils sont utilisés à bon escient. On retrouve ainsi les lieux cultes du premier épisode de la série, que ce soit l’entrée du 221B, le salon de l’appartement, la cabine téléphonique, le hangar vide ou encore le restaurant ou John et Sherlock attendent le tueur et où leur relation va avancer.

Petit détail tristounet.Sherlock, une étude en rose - Moffat, Gatiss & Jay

Et attention, si tu me suis depuis longtemps tu sais que quand je commence à pinailler c’est qu’on n’est pas loin d’une œuvre impeccable.
L’escalier de l’immeuble de leur première enquête, qui deviendra celui du palais mental de Sherlock, est bien présent aussi mais un peu trop caché à mon gout par la mise en page. Vu qu’il reviendra dans quelques tomes (si la série va jusque là et ça semble bien parti pour être le cas) il aurait été intéressant de le replacer avec une mise en scène fort similaire à ce moment là.
 Personnellement j’aurais bien vu une page complète dans ce volume où l’on aurait vu Sherlock descendre l’escalier en courant et une autre, identique, quand l’histoire le réclamera, où il l’aurait monté. Exactement le même cadrage, le même point de vue, mais où le personnage est représenté dans deux situations totalement différentes et pourtant liées.

Enfin, il y a encore moyen de le faire avec la mise en page que ce tome nous offre mais j’ai l’impression que ce sera moins impactant. A voir à ce moment là.

Sherlock, une étude en rose - Moffat, Gatiss & Jay

Malgré la grande qualité du dessin il s’agit du premier travail pro du mangaka. C’est surprenant et en même temps encourageant, on peut ainsi espérer voir les quelques défauts disparaitre dans les prochains tomes.

Trop fidèle pour être honnête ?

Je relèverais aussi un certain problème de dynamisme dans l’ensemble du manga. A vouloir rester trop proche du matériel d’origine le mangaka s’enferme dans une mis en page trop carrée et plan-plan, s’autorisant très peu de pages dynamiques et plus personnelles. Ce qui est ça plus dommage que quand il le fait elles ont vraiment de la gueule.

Le dessin des personnages est bluffant, ils ressemblent à leur modèles tout en évitant de tomber dans la caricature. Leurs expressions sont sympathiques même si tout le monde semble un peu coincé. Mais l’ambiance de cette première histoire n’y est probablement pas pour rien.
Le sourire de Sherlock a quelque chose de terriblement agaçant, ce qui est absolument génial et convient si bien au personnage. J’ai très envie de voir comment le dessin va évoluer au fil des tomes, il y a un potentiel vraiment gros en tant qu’objet dérivé de la série.

Sherlock, une étude en rose - Moffat, Gatiss & Jay

A avoir dans sa bibliothèque, donc. (eh oui, je suis faible).

Honnêtement, je me suis posé des questions sur l’utilité d’une telle adaptation en tant qu’œuvre isolée. Si c’est pour retrouver exactement ce que la série télé a à offrir autant la regarder une fois de plus, non ? Et pourtant je ne peux cacher mon attirance pour ce manga et je sais que je n’aurais aucune hésitation quand viendra le temps d’acheter la suite. C’est une évidence pour moi que je la possèderais et que je prendrais plaisir à la feuilleter ou la relire de temps en temps, comme il m’arrive encore de rerere-regarder un épisode isolé quand j’en ressens l’envie.

Si tu es fan (plus de Sherlock la série que, réellement, du personnage de Sherlock Holmes) oui, il te faut ce bouquin !

Sherlock, une étude en rose - Moffat, Gatiss & Jay

En résumé

Points résolument positifs : Le dessin est très bon, l’histoire, évidement, est géniale même si je n’en parle pas dans la critique. Je pars du principe, pourtant faux, que tout le monde à regardé la série. Si ce n’est pas le cas tu peux commencer avec le manga sans soucis, mais après tu auras envie de te faire l’intégrale de la série. Le format un peu supérieur aux mangas tradi.
Points hélas négatifs : Une mise en page pas toujours idéale et un peu figée. Reprend exactement la série, aucune nouveauté, aucun suspense pour qui l’a regardée.

Sherlock, une étude en rose - Moffat, Gatiss & Jay

Enregistrer

2 thoughts on “Sherlock, une étude en rose – Moffat, Gatiss & Jay

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.