Roald Dahl présente Histoires de fantômes

Roald Dahl présente Histoires de fantômesTitre : Roald Dahl présente Histoires de fantômes
Recueil de nouvelles
Pays d’origine :
Angleterre
Thèmes : 
fantômes
Auteurices : A.M. Burrage, Rosemary Timperley, L.P. Hartley, Cynthia Asquith, E.F. Benson, Jonas Lie, Richard Middleton, Francis Marion Crawford
Édition : Le Livre de Poche Jeunesse
Nombre de pages : 313 pages
Date de sortie :  19 mars 2008
Prix : 5,90€
Acheter Roald Dahl présente Histoires de fantômes sur Amazon.

Il en dit quoi le résumé ?

Maisons et bateaux hantés, visions d’horreur dans le métro, revenants antiquaires ou balayeurs de feuilles mortes. Venez chercher le grand frisson dans ces dix histoires inoubliables, minutieusement sélectionnées par Roald Dahl. Attention, un fantôme se promène peut-être tout près de vous… En 1958, Roald Dahl a lu 749 histoires de fantômes avant de parvenir à sélectionner les meilleures d’entre elles qui figurent aujourd’hui dans ce recueil.

Et moi, j’en pense quoi ?

Comme le précise le résumé, fin des années 50 Roald Dahl a lu près de 800 histoires de fantômes. Et, si on en croit le récit qu’il en fait dans l’introduction, il a eu bien du mal à en sortir au mieux une cinquantaine de correctes. A croire que le bonhomme était difficile.

Ce travail aurait du aboutir à la création d »une série télé un peu dans la veine des Chair de Poule mais certains événements et un très mauvais choix lors de la présentation du pilote ont fait que nous n’avons finalement jamais eu l’occasion de voir cela sur nos petits écrans.

Navré d’avoir, du coup, réuni ces nouvelles pour rien, notre homme a finalement décidé de réunir celles qu’il considérait comme étant les meilleures dans ce petit recueil.

Bien que la plupart datent du début du XX voir de la fin du XIX on ne peut pas vraiment dire qu’elles aient vieilli. La majorité est plutôt bonne et il n’y en a qu’une ou deux avec lesquelles j’ai eu plus de mal.
Malgré tout, j’ai du mal à croire qu’on ne puisse pas trouver mieux ou que les autres écris jugés aient été à ce point en dessous de ceux ci. Le recueil est agréable, certes, mais n’a rien d’exceptionnel. En lisant tout le foin qu’il en fait dans l’introduction je ne pouvais m’empêcher d’en attendre un peu mieux. Même si, je le répète, les nouvelles sont toutes, ou presque, très bien. Seulement, quand on t’annonce que tu vas lire le mieux du mieux qui ait jamais été écrit sur le sujet, tu ne peux t’empêcher d’en attendre un peu plus, toujours un peu plus.

En détail nous avons :

« Le Balayeur » de A.M. Burrage : Une intro en douceur avec quelques passages qui tiennent en haleine.
« Harry » de Rosemary Timperley : Pas mal sans  plus, un peu trop convenu à mon gout.
« W.S. » de L.P. Hartley : Un mystérieux admirateur aux intentions vagues. Ou alors un personnage de fiction qui aurait pris vie ? Un poil inquiétant mais une fin peut-être un brin trop vite expédiée.
« La boutique du coin » de Cynthia Asquith : Ma préférée. Elle ne fait pas vraiment peur, est même plutôt mignonne, et l’écriture est très agréable. 
« Rencontre à Noël » de Rosemary Timperley : Une idée vraiment cool mais traitée d’une façon beaucoup trop rapide (seulement 6 pages) à mon gout, cette nouvelle aurait mérité d’être beaucoup plus longue. Malgré ça, même en l’état elle reste intéressante.
« Dans le métro » de E.F. Benson : Celle ci est angoissante par moment mais ne se classerait pas dans mon top.  
« Élias et le Draug » de Jonas Lie : Celle que j’ai le moins aimée. Les réactions des personnages sont cheloues, le fil conducteur est vain et on ne frissonne pas un seul instant. 
« Compagnes de jeu » de A.M. Burrage : Conventionnel mais agréable et un rien angoissant par moment.
« Sur la route de Brighton » de Richard Middleton : Aurait mérité d’être un peu plus longue. Là, on a à peine le temps de comprendre que c’est terminé.
« La couchette du haut » de Francis Marion Crawford : Aussi dans mes préférés. Inquiétant, surnaturel, flippant. Une jolie façon d’inciter læ lecteurire à refermer ce recueil avec une bonne impression en oubliant les histoires pas vraiment au niveau. 

Pas mal, sans plus.

La chose qui m’a finalement le plus déplu dans ce recueil est l’introduction de Roald Dahl lui même, où il diserte quinze pages durant sur les femmes écrivaines qui seraient, d’après lui, plus à même d’écrire sur le sujet (les fantômes) et pour les enfants (sans jamais rabaisser ce genre, cela dit, n’oublions pas qu’il y a beaucoup travaillé aussi) que dans les autres domaines de la littérature. Le fait qu’il omette quantité de choses dans son analyse de comptoir est particulièrement gonflante. Évidemment qu’il y a plus d’auteurs que d’autrices connus du grand public  vu qu’ils ont été les seuls à être mis en avant pendant très très longtemps. Il en va de même dans les autres arts. Le fait n’est pas que les femmes ont moins d’imagination ou de capacités, simplement elles n’étaient pas prises au sérieux.
Heureusement, il fini par lâcher l’affaire. Et, comme cette critique concerne les nouvelles et non l’analyse du monsieur, j’en resterais là à mon tour.

En résuméDéfi lecture 2017

Points résolument positifs : Des  histoires variées avec des personnages assez différents de l’une à l’autre (une vieille dame, une fillette, un dandy voir plusieurs, un écrivain, un pécheur…). On en trouvera toujours bien une pour plaire à tout le monde.
Point hélas négatif : J’émets quelques réserves sur le fait qu’il s’agisse là des meilleures histoires de fantômes au monde. Certaines sont d’ailleurs très très moyennes.

2 thoughts on “Roald Dahl présente Histoires de fantômes

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.