Protégeons les hérissons – Olivier Bordaçarre

Protégeons les hérissons - Olivier BordaçarreTitre : Protégeons les hérissons, suivi de Jeunesse de plomb
Nouvelle
Pays d’origine :
France
Thèmes : 
meurtre – faits réels
Auteur : Olivier Bordaçarre
Édition : Antidata
Nombre de pages : 56
Date de sortie :  15 mai 2014
Prix : 6,50€
Acheter Protégeons les hérissons sur Amazon.

Il en dit quoi le résumé ?

Par une longue nuit sans étoiles, onze personnages confient à la postérité, et bien malgré eux, le récit de leurs derniers instants. Une flic et son supérieur. Un pompiste et son chien. Deux motards. Un hérisson. Puis les parents de deux adolescentes… Pourtant, tout allait si bien. Les filles étaient si mignonnes.

Et moi, j’en pense quoi ?

Voilà un livre extrêmement petit et très vite lu contenant deux nouvelles aux thèmes similaires.

Dans la première, nous nous attardons quelques pages durant avec chacune des 11 personnes à avoir perdu la vie cette nuit du 10 juin. Chacun.e à sa façon, avec son langage et ses codes, nous raconte à quoi ont ressemblé ses derniers instants. De la jeune flic qui terminait son service au pompiste raciste. Du chien vivant pour satisfaire son humain au hérisson n’en pouvant plus de ces hommes roulant toujours plus vite sur les routes même une fois la nuit venue. À travers les récits de toutes et tous, nous remontons les faits de cette nuit meurtrière et découvrons les raisons derrière le massacre.

Malgré la brièveté de l’histoire l’auteur sait faire monter le suspense. Chaque plan est étudié, chaque action sera justifiée.
Seul petit bémol, dés le témoignage de Martine Labrosse, la mère, j’ai compris les raisons du passage à l’acte. C’était peut-être volontaire, mais j’aurais préféré garder cette information pour le dernier témoignage. Après il n’y a qu’une personne qui passe entre Martine et le dernier compte-rendu, ce n’est donc pas non plus comme si ça arrivait dès les premières pages. Mais quand même, j’ai trouvé ça dommage.

Deux nuits où le sang à coulé. Deux nouvelles inspirées d’un même fait.

La seconde nouvelle s’inspire d’un fait divers ancien où deux adolescent.e.s, Florence R. et Aubry M. abattirent plusieurs policiers et un chauffeur de taxi en tentant de s’enfuir après un braquage.

Encore une fois, l’histoire nous est racontée dans le désordre. Tantôt, nous découvrons la prévenue dans sa cellule des années après les faits, tantôt nous assistons aux prémices de sa relation avec Aubry. Et au milieu, il y a tout ces moments de stress durant la fameuse nuit.

Les deux histoires sont très bien écrites. Le rythme est agréable, la tension monte crescendo et cette forme de narration disloquée accentue encore l’effet. Les personnages intervenants sont tous terriblement humains et imparfaits. Il pourrait s’agit de notre pompiste ou du vieux qu’on croise tous les matins allant chercher son pain. Leurs visions de l’après vie n’est pas très engageante et si le tout a un côté un peu voyeur ce n’est pas l’impression générale qu’on en garde une fois le livre refermé. Car l’histoire est traitée avec une sorte de légèreté, sans tomber dans l’étalage de tripes ou de larmes. Comme le simple compte-rendu d’un événement inéluctable, mais avec un putain de style.

J’ai beaucoup apprécié et je ne manquerai pas de m’intéresser de plus près au travail d’Olivier Bordaçarre. En revanche, je n’aime pas trop le prix incroyablement élevé pour un livre de si peu de pages qui découragera plus d’un.e lecteur.ice au moment de l’achat.

En résuméDéfi lecture 2017

Points résolument positifs : une narration dressant un bon suspense, des persos réalistes et crédibles, une écriture agréable.
Point hélas négatif : le prix

Enregistrer

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.