Ne nous mangez pas ! – Ruby Roth

Ne nous mangez pas ! - Ruby RothTitre : Ne nous mangez pas ! Vivre en respectant les animaux
Album
Pays d’origine :
États-Unis
Thèmes : 
animaux – nature – véganisme – exploitation animale
Autrice : Ruby Roth
Édition : L’Age d’Homme V
Collection : V
Nombre de pages : 48
Date de sortie :  1 janvier 2014
Prix : 16€
Acheter Ne nous mangez pas ! sur Amazon.
Visiter le site de l’autrice.

Il en dit quoi le résumé ?Calendrier de l'avent 2017

Une fleur se fraiera un chemin dans la fissure d’un trottoir pour sentir la chaleur du soleil. Un pingouin marchera des milliers de kilomètres pour nourrir ses petits. Le rugissement retentissant du lion protègera sa famille des dangers, proches ou lointains. Qu’elle ait des branchies, des ailes, des moustaches ou des racines, toute créature vivante a la même volonté de vivre et de grandir. Nous sommes tous des Terriens. Alors que certains animaux sont protégés par des lois ou nés dans des foyers aimants, d’autres vivent une existence solitaire et pénible dans des fermes industrielles où des centaines, des milliers de bêtes sont élevés pour leur viande et leur lait. Pourtant, eux aussi vivent et respirent. Ils ont des sentiments, et même des familles.

Au fil des siècles, de nombreux humains ont choisi de ne pas manger nos amis terriens. Les végétariens ne mangent pas d’animaux. Les véganes, eux, ne mangent ni animaux, ni produits issus des animaux, tels que les œufs, le lait ou le beurre. Nous nous battons pour un monde où chaque Terrien à le droit de vivre et de grandir. C’est pourquoi nous ne mangeons pas d’animaux.

Ne nous mangez pas ! - Ruby Roth

Et moi, j’en pense quoi ?

Je pense t’avoir déjà très brièvement touché deux mots au sujet de cet album l’année passée, mais j’en ai toujours repoussé la critique. Je pense savoir pourquoi, mais puisqu’on est là pour parler trucs à offrir à Noël, je crois que le moment est venu d’en faire une vraie critique.

Ne nous mangez pas ! est l’un des livres de Ruby Roth traitant du véganisme (et plus globalement des animaux et de l’impact qu’a l’être humain sur ceux-ci).

Il n’y a pas d’histoire à proprement parlé, mais plusieurs animaux, ou familles d’animaux, nous sont brièvement présentés. En une ou deux double-pages, l’autrice nous montre comment vivent normalement ces animaux. En famille prenant soin des petits, en groupes soudés, etc. Elle explique les liens qui les lient entre eux, comme les dindons qui s’endorment côte à côte sur une branche, les cochons qui jouent ensemble et se font des câlins, les vaches qui trainent toujours avec les mêmes individues, ou encore, les cailles qui protègent leurs minuscules petits de toutes leurs forces en cas de danger.

Après cette mise en bouche, où s’arrêtent généralement les livres qui parlent de la campagne et des « gentils fermiers », elle dépeint l’horreur dans laquelle vivent tous ces animaux quand l’Homme s’en mêle et décide de les élever pour les tuer, les exploiter et profiter abusivement d’eux. Ambiance. Mais c’est une vision plus honnête.

Ne nous mangez pas ! - Ruby Roth

Pourquoi nous ne mangeons pas d’animaux ?

Les animaux de la ferme occupent la majeure partie du livre, mais plusieurs pages sont également consacrées aux habitant.e.s des océans et à la destruction de la forêt amazonienne.

Le ton n’est clairement pas très joyeux et plusieurs choses sont passées sous silence (en quoi un élevage plus petit et «  » »respectueux » » » des animaux n’est pas une bonne solution non plus, par exemple). Mais, je comprends que le nombre de pages était limité et qu’il ait fallu faire des choix. De plus, il est très possible qu’elle aborde ces autres thématiques dans un de ses autres livres.

En discuter après la lecture.

C’est un ouvrage qui doit être lu avec un.e adulte. Car il aborde nombre de sujets sensibles et qu’il me semble indispensable d’en discuter après si l’enfant en fait la demande. Je conseillerais même aux parents de le lire une première fois sans l’enfant, pour s’assurer que rien dedans ne soit trop dur à supporter par celui-ci. Car, s’il peut aider un enfant à comprendre pourquoi il est immoral de traiter les animaux de la sorte, les scènes de vaches enfermées dans de minuscules stalles ou de poules entassées les unes sur les autres, pourraient aussi donner des cauchemars à certains d’entre eux. Or, ce n’est peut-être pas la peine de les traumatiser à ce point à 5 ans à peine. Ils auront toute la vie pour découvrir toutes les choses affreuses qu’on combat en étant véganes.

Ne nous mangez pas ! - Ruby Roth

Ce livre n’est pas parfait, contrairement à ce qu’on a beaucoup entendu sur des blogs et chaines youtubes veg, mais il est un très bon premier pas en direction du véganisme. Car oui, malgré ces quelques points que je ne considérerais pas exactement comme des points négatifs, mais qui devaient tout de même être soulignés, ce livre porte un message fort et particulièrement important. L’offrir à un.e enfant qui se pose des questions (pourquoi me demande t-on de manger des animaux alors que j’aime les animaux ? par exemple) me semble intéressant. Mais aussi, il peut servir de base pour expliquer à tes enfants pourquoi tu as décidé de devenir végane tout d’un coup. Leur montrer des vidéos d’abattoirs n’est probablement pas au programme avant, au moins, l’adolescence, et expliquer avec des mots n’est pas toujours évident. Dans ce cas, ce livre peut venir appuyer ton discours sans trop dramatiser.

Un style très graphique qui plaira aussi aux adultes.

Au niveau du dessin, j’ai trouvé ça globalement très agréable, les oiseaux, en particulier, ont des looks vraiment sympa.
Les dessins représentant des animaux enfermés sont sombres et dérangeants, mais ils ne sont pas majoritaires.

Pourquoi il faut l’offrir ce Noël ? Parce que je pense que beaucoup d’enfants naissent avec l’envie de ne pas faire de mal aux animaux et qu’il faut les laisser développer cette empathie et cette bonté. Tuer quand ce n’est pas obligatoire devrait être considéré par tou.te.s comme une abomination. Beaucoup de gosses pensent comme cela au départ, mais finissent par l’oublier à cause de ce que les adultes leur racontent.

À qui il faut l’offrir ? Aux enfants qui s’intéressent aux animaux et qui rechignent à manger le steak dans leur assiette (Plutôt aux siens, si on ne veut pas créer de drama familiaux. J’imagine l’engueulade si j’avais offert ça à mes nièces quand elles étaient plus jeunes. C’est sûrement pareil chez toi). À des potes végé* qui ont (ou non) des enfants.

En résuméChallenge Je lis aussi des albums 2017

Points résolument positifs : un message important porté par des dessins sympa. Ouvre à la discussion.
Point hélas négatif : dresse un portrait bien sombre pour un livre pour enfants.

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.