Le mari de mon frère tome 1 – Gengoroh Tagame

Le mari de mon frère tome 1Titre : Le mari de mon frère
Tome 1
Nombre de volumes vf : 1 (en cours)
Nombre de volumes vo : 2 (en cours)
Auteur : Gengoroh Tagame
Édition : Akata
Nombre de pages : 180
Date de sortie :  8 septembre 2016
Prix : 7,95€
Achetez Le mari de mon frère tome 1 sur Amazon.

Il en dit quoi le résumé ?

Yaichi élève seul sa fille. Mais un jour, son quotidien va être perturbé… Perturbé par l’arrivée de Mike Flanagan dans sa vie. Ce Canadien n’est autre que le mari de son frère jumeau… Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l’homme qu’il aimait. Yaichi n’a alors pas d’autre choix que d’accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter. Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses..

Et moi, j’en pense quoi ?

Du bien, j’en avais entendu un peu sur ce manga. Et en même temps j’avais plutôt eu tendance à fuir les critiques qui en parlaient, n’aillant pas envie de me faire spoiler.

Du coup, en le recevant je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre et… Ce fut le coup de foudre.

Yaichi a un frère jumeau, Ryo, qui est partit vivre au canada il y a 10 ans de cela. Moment où leur relation s’est aussi arrêtée.
Seulement Ryo vient de mourir et Yaichi se voit contraint d’héberger pour un temps son beau frère qu’il n’avait jamais rencontré et qui est venu au Japon pour en apprendre plus sur l’enfance de son défunt mari. Espérant ainsi faire son deuil plus facilement.

Le mari de mon frère tome 1

Yaichi n’est pas le genre de type à tabasser du gay dans les ruelles sombres le samedi soir pour passer le temps. Il se pense même assez ouvert d’esprit et n’imagine pas une seule seconde pouvoir être taxé d’homophobe. Sauf qu’au fil du récit il va se rendre compte qu’un paquet de préjugés l’empêchent d’être vraiment à l’aise avec son beau frère. Et il va devoir reconnaitre qu’il est bien un peu plus fermé d’esprit qu’il ne le pensait.

Les gays sont des barbus comme les autres

Sa ressemblance avec son frère ne risque t-elle pas de lui causer des problèmes ? Un gay saura t’il se retenir de lui sauter dessus s’il se promène en caleçon dans l’appartement ? Et que vont penser les voisins s’ils apprennent qui est son invité ?

Yaichi pourrait commettre maladresse sur maladresse. Ça va d’ailleurs lui arriver plus souvent qu’à son tour. Il pourrait devenir franchement odieux. Et s’en vouloir après coup parce qu’il ne s’agit pas pour autant d’un méchant bonhomme. Mais heureusement sa fille Kana, qu’il élève seul, est là. Et tout naturellement, avec ses questions d’enfant et son naturel joyeux, elle va désamorcer toutes les situations sur le point de glisser et de faire mal.

Cette histoire est adorable. Vraiment. Du début à la fin.
Les relations qui se nouent entre les personnages, la façon dont ils apprennent à se connaitre, la justesse des dialogues. Tout, ou presque, est crédible et correctement amené.

Bien sur on n’échappe pas à quelques scènes un peu plus triste, l’un des thèmes du manga restant quand même le deuil, mais ça ne fait que renforcer l’attachement naissant que l’on ressent pour les personnages.

Bara ? Comme baraqué ?

Au niveau du dessin c’est joli. Yaichi et Mike (et le souvenir de Ryo, du coup) sont clairement typé Bara (personnages musclés, extrêmement « virils ». Design utilisé dans des mangas homo-érotique plutôt à destination d’un public gay masculin. Au contraire des yaoi et de leurs personnages souvent efféminés et élégants, beaucoup plus destinés à un public féminin. On en parlera un peu plus en profondeur quand j’aurais enfin écrit le glossaire que l’on m’a demandé).
Personnellement ça ne me dérange pas, ça permet d’avoir un peu de diversité. Même si une fois encore il n’y a pas de demi mesure, soit tout le monde est longiligne aux traits fin, soit tout le monde est super baraqués. Mais ce n’est pas le sujet.

Le mari de mon frère tome 1

Point Cul.lture Gay

Entre les différents chapitres Mike nous donne une petite leçon de culture gay (sur le mariage, le triangle inversé, etc). Ça n’apprendra pas grand chose aux gens coutumiers de la cause LGBTQ+ mais c’est un rappel plutôt sympa, rapide et bien fait pour les autres.

Donc, est-ce que je conseille ce manga ? Clairement !
A qui ? A tout le monde.
Si vous recherchez des histoires avec des persos LGBTQ+ vous en trouverez ici et vous passerez un chouette moment devant une histoire plutôt mignonne.
Si vous ne recherchez pas cela en général mais qu’une histoire familiale vous intéresse, c’est aussi fait pour vous.
Et si vous vous demandez si vous n’êtes pas parfois un peu homophobe, non pas par connerie pure mais plutôt par méconnaissance et/ou crainte, vous êtes à 100% le public cible, foncez dessus. En plus vous ne serez jamais pris de haut et jamais critiqués, ça a le mérite d’être souligné.

A préciser tout de même, parce qu’on peut se poser la question très légitimement : Ce livre n’est pas un yaoi mais une histoire familiale qui peut être lue par tou.te.s !

En résumé

Les points résolument positifs : Un sujet assez peu traité, plein de bons sentiments, intelligemment écrit.
Les points qui le sont hélas moins : Il ne se passe pas grand chose dans ce tome. Mais ça permet de faire mieux connaissance avec les protagonistes.

Enregistrer

5 thoughts on “Le mari de mon frère tome 1 – Gengoroh Tagame

  1. J’aurais aimé en savoir plus sur la petite. Elle me semble être le personnage à suivre, non ?!
    1. J’ai trouvé qu’iels étaient tou.te.s également important.e.s. Mais c’est vrai que Kana fait la liaison entre les deux hommes. C’est grâce à elle que certaines questions se posent et trouvent leurs réponses. Je tacherais de parler plus d’elle dans la review du tome 2 😉
      1. Bon, en fait je viens de relire ce que j’ai écris et effectivement je ne parle pas beaucoup de ce que j’ai pensé des personnages, pas que de Kana, d’aucun :/
        J’ai toujours du mal à écrire sur les histoires que j’ai aimées. Faut que je fasse un effort la dessus. Ou que je ne lise plus que des histoires qui me gonflent. Mais bizarrement cette option ne me tente pas plus que ça…

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.