Le faire ou mourir – Claire-Lise Marguier

Le faire ou mourir - Claire-Lise MarguierTitre : Le faire ou mourir
Roman
Thèmes :
homosexualité – bisexualité – pansexualité- adolescence – mal être – auto destruction
Autrice : Claire-Lise Marguier
Édition : Rouergue
Collection : DoAdo
Nombre de pages : 104
Date de sortie :  11 septembre 2011
Prix : 9,70€
Acheter Le faire ou mourir sur Amazon.

Il en dit quoi le résumé ?

Damien est un garçon trop sensible, méprisé par ses copains de classe depuis toujours et incompris de ses parents. Dès l arrivée dans son nouveau collège, il se retrouve par miracle sous la protection de la bande de gothiques et de son leader, Samy, un garçon lumineux, intelligent et doux, en dépit de son look radical. Très vite, Damien devient Dam, adopte piercings et vêtements noirs et, surtout, trouve auprès de Samy un véritable ami, et peut-être plus, au point de déclencher des représailles chez son père, contre ces « mauvaises fréquentations ».

Et moi, j’en pense quoi ?

Tu n’est tellement pas prêt.e pour ce qui va t’arriver !

Pourrait être le seul avertissement que je ferais à une personne s’apprêtant à lire ce bouquin. Mais j’ai tellement envie d’en parler un peu plus longuement que je ne vais pas m’arrêter là aujourd’hui.

J’avais entendu parler de ce bouquin, encore chez Cordélia si je ne m’abuse, et ce que j’en avais retenu après plusieurs mois (voir années) c’est : C’est bien, ça parle d’ado et d’homosexualité.
Et, oh, bordel ! L’impression que je m’en faisais d’après ces quelques bribes de souvenirs d’avis dont je me rappelais était tellement en dessous de la réalité.

Alors oui, bien sur, ça parle d’ado et d’homosexualité. Mais pas seulement. C’est aussi une boule de sentiments, d’incompréhensions, de confusion, de peur et de besoin d’affection.

Si tu as été un.e ado mal dans sa peau, en proie à ses émotions, pas hyper populaire, qui avait du mal à s’exprimer ou, pire, si tu es actuellement un.e ado se reconnaissant dans un de ces cas, sors les mouchoirs. Vraiment. Ça pourrait t’être utile.

Langage familier.

L’écriture est brusque, violente, livrée telle qu’elle sort du cœur. Il est impossible de ne pas être touché.e par ces mots et je pense que soit on adorera soit on détestera. Mais il sera difficile de rester insensible face à ce court roman écrit à la première personne.

Le héros interpelle læ lecteur/rice plusieurs fois. Il raconte cet épisode de sa vie comme on en ferait le récit à un.e ami.e parfois sans y mettre les formes, toujours en y mettant ses tripes.
Dam se trouve lâche et ne se cache pas pour nous le dire. Il a des problèmes avec son père, avec sa famille, avec d’autres élèves plus forts et, comme tout ado de 15 ans, avec lui même. Sa rencontre avec Samy va un peu changer les choses. Il se trouvera toujours aussi lâche et aura toujours des problèmes avec son père, plus encore qu’avant. Mais doucement, critique après critiques, refoulement après refoulement, il va arriver à un point précis de sa vie où la suite des événements et de sa vie, même, ne va plus dépendre que d’un moment, un moment réussi ou raté.

Au moment où læ lecteur/rice bascule avec Dam, où j’ai basculé avec lui, la tension est si forte, le hurlement interne du héro est si intense, que l’émotion ressentie est d’une rare violence.

C’est un livre dont on ne ressort pas indemne. On s’attache très vite à cet ado discret, on veut l’aider, on veut frapper les gens qui lui font du mal et le pousser dans les bras de ceux qui lui veulent du bien. On veut qu’il soit heureux.

S’attacher à Damien et vouloir l’aider comme on aimerait avoir pu aider son soi adolescent maintenant qu’on est adulte ?

A mon age canoniquement avancé, et bien que je ne sois toujours pas adulte, l’adolescence et ses souffrances sont loin derrière moi maintenant, si bien que je ne comprends toujours pas pourquoi ce texte m’a à ce point touché.
Je suppose que d’une certaine façon ce texte nous pousse à vouloir protéger l’ado que l’on fut. A travers Damien on se surprend à souhaiter lui faire un câlin en lui disant que ça va aller, qu’un jour tout ça n’aura plus aucune importance.

Je voudrais aussi que tu ne lises pas le résumé complet de ce livre, celui disponible sur Amazon. Parce qu’il en révèle beaucoup trop et que les mots qu’il utilise pour le faire pourrait te laisser penser, à tort, qu’il s’agit d’un roman pour ados trop dark qui se réunissent dans les cimetières pour parler de la mort.

En même temps j’ai taché de ne pas trop t’en dire même si je crève d’envie que te me dise que tu vas le lire grâce à ma critique. J’aimerais que tu puises entrer dans ce livre comme moi, en en sachant très peu, pour qu’il puisse te happer sans crier gare comme il l’a fait avec moi.

Alors oui, bien évidement, il s’agit d’un coup de cœur. D’un gros coup de cœur.

En résumé

Points résolument positifs : L’écriture, même s’il faut quelques pages pour s’y habituer. Le traitement des héros gothiques qui évite soigneusement les clichés. Toutes les émotions qui transpirent de partout.
Point hélas négatif : C’est un roman très court. Ce qui permet, du coup, de le lire en une soirée, mais quand c’est bon j’aime que ça dure plus longtemps.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

6 thoughts on “Le faire ou mourir – Claire-Lise Marguier

    1. Étrangement c’est pas un livre dont on ressort vraiment à plat, pas entièrement en tout cas. Mais il remue, ça oui. Si t’es pas au top c’est peut-être pas la lecture qu’il te faut pour le moment.
      1. C’est clair ! Je fais gaffe à ce que je lis et à ce que je regarde depuis longtemps déjà, la vie est déjà pas simple, pas la peine que je m’en remette une couche 😉

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.