Journal d’un proctologue et autres nouvelles – Hervé Heurtebise

Journal d'un proctologue et autres nouvelles - Hervé HeurtebiseTitre : Journal d’un proctologue et autres nouvelles
Recueil de nouvelles
Thèmes :
médical – sport – humour noir
Auteur : Hervé Heurtebise
Édition : Hélène Jacob
Nombre de pages : 76 pour la version papier, 47 pour la version numérique
Date de sortie :  4 avril 2013
Prix : 2,99€ numérique – 6,90€ broché
Acheter Journal d’un proctologue et autres nouvelles sur Amazon.

Il en dit quoi le résumé ?

 On devient proctologue par hasard, je ne connais pas un enfant qui voudrait le devenir une fois devenu adulte.

J’imagine d’ici la scène du bambin annonçant à ses parents :
« Moi, quand je serai grand, je veux être proctologue !
— Tu veux être quoi ?!?
— J’veux être proctologue, j’veux que les gens s’agenouillent devant moi et moi, je leur mettrai des doigts dans le trou des fesses ! »
À coup sûr, l’enfant qui dirait cela finirait sans tarder chez le pédopsychiatre.
Je n’étais pas cet enfant-là, moi je voulais être chirurgien, je voulais opérer des cœurs.

Ainsi commence le journal de ce médecin que d’aucuns décrivent comme « blasé, cynique et drôle ». S’il semble tout mettre sur un même plan, on comprendra qu’il y a deux choses qui comptent plus que tout dans sa vie : sa fille Léa et ses patients.

Le sport ne sert à rien. Comment peut-on porter un jugement aussi abrupt que péremptoire ? Le sport, les médecins vous le diront, c’est bon pour la santé. Oui mais…

Céline est éreutophobe. Non, elle n’est pas, clame-t-elle, érotomane ni encore moins nymphomane ! L’éreutophobie, c’est la peur de rougir, en public, pour un rien. Et, dans son cas, ce n’est pas juste une peur, elle rougit à la moindre occasion.

Et moi, j’en pense quoi ?

Un peu déçue par ce titre.
Je m’attendais à une histoire amusante – Sérieusement, avec un titre comme ça, vous vous attendriez à quoi ? – ou même à un témoignage. En fait je partais même du principe que c’était les deux à la fois. Mais j’ai eu la désagréable surprise de découvrir le récit d’un médecin cinquantenaire marié mais presque divorcé qui geint et se plaint de sa petite vie entre deux remarques misogynes ou envieuses.
Bon, ce n’est pas que ça, mon raccourcit n’est pas parfaitement honnête, mais quatre jours après ma lecture c’est la seule impression que m’a laissé cette nouvelle.

Les deux autres récits, plus courts, n’ont pas été beaucoup plus marquant.
Je ne garde qu’un très vague souvenir de celle du sportif. En même temps elle est assez brève et les actions s’enchainent plutôt vite, le plus important étant la conclusion, à laquelle on arrive fort vite.
Quant à la dernière, celle de la fille aux joues rouges, je l’ai trouvée plus mignonne, moins geignarde, mais sans que ça suffise néanmoins à en faire un coup de cœur.

Un livre qui ne me marquera donc probablement pas et dont je serais certainement bien en peine de me rappeler d’ici quelques années.
Dommage.

En résumé

Point positif : La dernière nouvelle peut mettre un peu de baume au cœur.
Points négatifs : Le ton trop plaintif, le personnage central pas des plus sympathique.
Encore une chose :  Il n’y a que moi que cet extrait met un peu mal à l’aise ?

Léa, au petit-déjeuner, m’a demandé ce qu’elle avait hérité de sa mère et ce qu’elle avait hérité de moi.
« L’humour de ton père… et les seins de ta mère, ironisai-je.
– A la réflexion, je préfère cela que l’inverse, conclut-elle. »

Livre lu dans le cadre du défi lecture 2016 pour la catégorie 32 : Un livre de moins de 60 pages (vu que je l’ai lu en numérique).

 

Enregistrer

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.