Journal d’un marchand de rêves – Anthelme Hauchecorne

Journal d'un marchand de rêves - Anthelme HauchecorneTitre : Journal d’un marchand de rêves
Roman – Dark Streampunk
Nombre de volumes vf : 1 (terminé)

Auteur : Anthelme Hauchecorne
Édition : L’Atelier MOSESU
Collection : Pepper
Nombre de pages : 600
Date de sortie :  20 octobre 2016
Prix : 19€ broché – 6,99€ numérique
Achetez Journal d’un marchand de rêves sur Amazon.
Visitez le site d’Anthelme Hauchecorne.

Il en dit quoi le résumé ? 

J’ai séjourné en hôpital psychiatrique. Pas de quoi fouetter un chat sauf lorsque, comme moi, vous êtes fils de stars. Par crainte du scandale, mes parents m’ont expédié loin d’Hollywood, dans la vieille Europe. Les meilleurs spécialistes m’ont déclaré guéri. En vérité, la thérapie a échoué. Les songes ont repris, plus dangereux que jamais. Malgré moi, je me trouve mêlé aux intrigues de puissants Rêveurs. Des gens charmants et bien décidés à m’éliminer, mais avec élégance. M’entêter serait totalement déraisonnable. Pourtant, deux plaies à vif m empêchent de tourner la page… La première est une fille. La seconde, une soif de vengeance. Je m’appelle Walter Krowley. Vous tenez mon journal intime. Prenez-en soin. Ce livre pourrait devenir mon testament…

Et moi, j’en pense quoi ?

Une fois n’est pas coutume dans l’œuvre d’Anthelme Hauchecorne, le héros, Walter Krowley, ne m’a pas plus d’entrée de jeu. Trop sur de lui, trop prompt à prendre des décisions que l’on devine mauvaises à l’instant même où il met le pied dedans. Le charme de Walt n’a pas fonctionné sur moi pendant, on va dire, une centaine de pages.
Ce qui n’était encore jamais arrivé.

Et puis, l’histoire va véritablement se mettre en marche. Bien que l’on ne sache toujours pas à ce moment là où elle va nous mener. Mais cette information nous restera de toutes façons cachée jusqu’à la toute fin. Étonnamment émouvante comme fin, d’ailleurs.

Subitement on va se sentir happés

Le personnage de Walt va beaucoup évoluer au fil du récit. D’adolescent arrogant, énervant et qui refuse l’autorité pour le plaisir de la refuser, il va devenir un adulte, plein de doutes certes, mais plus courageux qu’il ne pense l’être. Toujours un peu arrogant et avec une sale tendance à prendre les plus mauvaises décisions mais beaucoup plus sympathique que dans les premiers chapitres.

Ce changement, on va a peine le voir s’opérer tant son évolution sera crédible. Walt va apprendre de se monde de rêves et de ses habitants en même temps que nous. Il va devenir moins naïf, un peu plus paranoïaque et aussi moins tête à claque. Et puis, tout simplement, au détour d’un chapitre on va se surprendre à découvrir que notre vision à changé au sujet ce Rêveur un peu maladroit, lâche et pas super fiable.

Oui, parce que Walter est loin d’être un héro parfait. Il cumule les défauts et ne fait pas toujours grand chose pour les corriger. Un peu comme tous les personnages qui gravitent autour de lui, en fait.
Dans cette histoire point de gentils, juste de Rêveurs et des Rêveuses qui tentent de survivre et de se faire un trou dans leur monde de rêves. Des humain.e.s qui pensent d’abord à leur pomme. Ensuite, parfois, à celleux qui leur sont cher.e.s. Qui vivent au jour le jour ou qui, au contraire, élaborent des plans pour s’en sortir au mieux.

Dans cette histoire nous avons droit à un panel assez énorme de personnalités différentes. Les personnages sont criants de vérité tant ils sont complets. Et il n’est absolument pas difficile de nous les représenter.

Le pitch

Je ne vous ai pas encore expliqué dans quel genre de monde vivent les protagonistes. Et franchement, j’ai hésité à le faire, le résumé étant particulièrement flou à ce sujet. Mais justement, je trouve qu’il ne rend pas hommage au livre et, pire, qu’il ne donne pas vraiment un aperçu de ce que l’on va y trouver.

Rien de tout ce qui suit ne me semble pouvoir être considéré comme un spoiler, j’ai vu nombres de blogueurs en dévoiler nettement plus. Et puis soyons honnête, l’histoire est à ce point riche, elle part tellement dans tout les sens, qu’il serait excessivement difficile de la spoiler.

Dans le monde créé par l’auteur donc, certains humains sont des Rêveurs ou des Rêveuses. Ce qui signifie qu‘au lieu de dormir et de rêver comme tout un chacun la nuit, ils sont projetés dans un autre monde durant leur sommeil. Le monde de l’Ever (en opposition à celui de l’Éveil qui est celui où, jusqu’à preuve du contraire, nous vivons toutes et tous). Dans ce monde tout est aussi réel que dans celui que nous connaissons. S’ils ne mangent pas ils s’affaiblissent, s’ils se font descendre ils ne se réveilleront pas, s’ils perdent leur porte des rêves… Mais non, là je risquerais d’en dire trop.
Bien sur ce monde est dangereux, on ne se balade pas de rêves en rêves sans risque. Mais il renferme aussi des ressources inestimables.

De l’Éveil à l’Ever

Le plus grosses parties du livre se déroulent dans l’Ever, le monde des rêves. Si bien qu’on en oublie souvent que Walt a aussi une vie en journée et c’est souvent un peu perturbant quand il nous y emmène. On fini par mieux connaitre Doowylloh qu’Hollywood, là où vit le héro dans ces phrases éveillées.

Loin d’être l’homme à abattre que nous vend le résumé, Walt va avoir un rôle, et même plusieurs rôles, très important à jouer dans l’Histoire du monde des rêves. Ce qui va l’amener, entre deux mauvaises décisions, à ne pas se faire que des amis. Mais aussi à rencontrer beaucoup de personnages au grand potentiel.

Les références pleuvent. Cinéma, évidement, on se trouve quand même à Hollywood, science-fiction, littérature classique, musique et même western. L’auteur a une culture extrêmement étendue et il en fait usage intelligemment sans nous la barbouiller au visage non plus.
Toutes ces touches permettent d’encrer le récit dans la réalité que nous connaissons, au point qu’on en vient parfois à se demander : Et s’il y avait u peu de vrai dans tout ça ?
J’adore quand un livre fait ça. Et plus encore quand il le fait bien, comme ici.

Du pur Hauchecorne

Les personnages sont fidèles à l’esprit d’Hauchecorne. Si on a déjà lu un ou plusieurs des ces précédents livres on reconnait immédiatement sa patte dans leur création. Ce qui ne veut pas dire qu’ils sont prévisibles ou qu’ils se ressemblent tous. Loin de là. Juste qu’ils peuvent difficilement renier leur créateur. Un peu comme une grande fratrie où tous les enfants auraient un vague air de ressemblance sans pour autant n’être que des copies conformes les uns des autres.

Je ne peux conclure sans parler, même brièvement de la langue employée par l’auteur, véritable conteur qui manie les mots d’une façon qui a quelque chose d’onirique. Son style facilement reconnaissable à su s’imposer en quelques années et ce pour le plus grand bonheur de ses nombreuxses fans.

Un cadeau tout trouvé pour lecteur et lectrices difficiles

L’histoire est sympa. L’aventure, ou plutôt les aventures qui y sont narrées savent se montrer captivantes. Malgré tout j’ai parfois eu un peu de mal lors des transitions de l’une à l’autre. De temps en temps, essentiellement vers la fin, certains points auraient mérités un peu plus d’explications. Mais, vraiment, je pinaille, car dans 95% des cas le texte et l’histoire ne manquent de rien.

Bien qu’il n’entre pas dans le top de mes livres préférés de l’auteur, c’est un très bon bouquin, avec une histoire riche, que vous pouvez offrir sans l’ombre d’une hésitation pour Noël.

En résumé

Points résolument positifs : Des personnages très bien construits, une histoire et un monde extrêmement riches, une narration percutante.
Point hélas négatif : Certaines choses se déroulant un peu avant la fin du livre sont encore un peu confuses pour moi et je ne comprends pas les décisions de certains personnages à ce moment là.

Merci à Anthelme Hauchecorne et à L’Atelier MOSESU pour ce service presse. C’est toujours avec un immense plaisir que je découvre ses nouvelles histoires !

Enregistrer

Enregistrer

3 thoughts on “Journal d’un marchand de rêves – Anthelme Hauchecorne

    1. J’ai lu la plupart de ces livres, il doit m’en manquer deux, et ça ne m’a jamais déçu. Il a une patte, une façon de conter, vraiment personnelle. Je ne peux que conseiller 😉

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.