I.R.L. – Agnès Marot

IRL Agnès MarotTitre : I.R.L.
Roman
Thèmes : 
intelligence artificielle – amour – réalité virtuelle
Autrice : Agnès Marot
Édition : Gulf stream éditeur
Collection : ELECTROGENE
Nombre de pages : 456
Date de sortie :  7 avril 2016
Prix : 18€ album – 11,99€ numérique
Acheter I.R.L. sur Amazon.

Il en dit quoi le résumé ?

Chloé Blanche a grandi à Life City. Comme tous ses habitants, elle ignore qu’ils sont filmés en permanence. Elle ignore qu’ils sont un divertissement pour des milliers et des milliers de foyers. Elle ignore qu’ils sont les personnages de Play Your Life, l’émission qui fait fureur hors de Life City, IRL. Elle ignore surtout à quel point ils sont manipulés. Lorsqu’elle rencontre Hilmi, le nouveau à la peau caramel, elle tombe immédiatement amoureuse. Mais ceux qui tirent les ficelles ne le lui destinent pas. C’est ainsi qu’elle découvre la nature de tous ceux qui vivent à Life City : les personnages d’un immense jeu vidéo.

Et moi, j’en pense quoi ?

Je ressort de ce livre avec une impression mitigée.  Certes, il aborde quelques concepts très intéressants, tel que les droits des IA, la mince nuance entre réalité virtuelle et réalité « vraie », la vidéo surveillance ou encore la question du choix de nos préférences quand tout est géré par des algorithmes décidant à notre place. Il met aussi en lumière une interrogation qui sera peut-être bientôt d’actualité, à savoir : Qu’est ce qu’être humain, au juste ? Hélas tout cela est traité très superficiellement, dans les deux premiers tiers du moins.

Alors que l’autrice tenait un sujet vraiment bon elle a choisit de le développer grâce à une intrigue sans le moindre piquant qui a déjà été vue et revue des dizaines de fois.
Je m’explique.

IA ou humain.e ?

Chloé, une jeune habitante de Life City découvre un jour que des tas de caméras observe chacun de ses mouvements. Pire, il semblerait  que ce soit toute la ville qui est sous surveillance et pourtant personne à part elle ne voit rien.
En plus elle commence à recevoir des messages d’un certain L qui dit vouloir l’aider. Il lui annonce aussi que grâce à son aide elle va découvrir bien plus qu’elle n’aurait pu l’imaginer. Et en effet, les jours et les semaines passant elle va découvrir qu’elle est les autres habitants sont les personnages d’un énormes jeux vidéo, qu’iels sont contrôlés par des joueureuses et qu’iels ne sont finalement que des IA. Enfin, que des IA c’est vite dit, parce que Chloé sait pertinemment qu’elle existe pour de vrai. Même si elle n’a pas vu le jour comme les autres êtres humains elle sait qu’elle en est pourtant bien une aussi.

Et, franchement, jusque là l’histoire serait intéressante. A peu prés. Même le choix de mélanger la temporalité en alternant les chapitres sur ce qui se passe là tout de suite et ce qui s’est passé il y a 10 mois (puis neuf, huit, sept… Jusqu’à ce que les deux époques se réunissent) ainsi que les deux réalités (histoire qu’on garde toujours un œil que ce soit sur l’IRL et sur le virtuel) ça aurait pu passer. J’ai même trouvé ça assez pertinent bien que parfois un peu dur à suivre.

Les ado et l’amour…

Le problème principal, celui qui va nous percuter de plein fouet, c’est la rencontre entre l’adolescente et un pecnot quelconque au début du roman. Iels vont danser trois slows, parler 20 minutes et Chloé va en tomber éperdument amoureuse. Comme ça. Au point de ne plus pouvoir l’oublier. Toutes ses actions futures vont alors avoir pour seul et unique but de retrouver son cher et tendre Gimli Hilmi. Il aura beau la repousser, se taper une autre fille, l’ignorer, elle va continuer à s’accrocher en se persuadant qu’il est simplement dirigé par un joueur qui ne veut pas de leur union.
Et c’est peut-être vrai.
Sauf qu’on s’en bat carrément la rate.

On le connait pas se mec, et elle non plus, quasiment. Du coup qu’elle le retrouve ou non on s’en carre l’oignon. En plus à chaque fois que l’histoire devient intéressante il faut qu’elle nous ressorte un chapitre sur son bellâtre. C’est usant.

Ça peut quand même faire réfléchir.

Heureusement, environs au deux tiers de l’histoire cette romance à deux balles va enfin être un peu mise de coté pour nous laisser apercevoir ce que ce livre a d’intéressant. Chloé va devoir se battre pour prouver au monde IRL qu’elle est bien humaine et qu’il en va de même pour les autre IA du jeux. Elle va rencontrer des allié.e.s (carrément plus intéressant.e.s que Hilmi), devoir faire face à des trahisons et l’histoire va enfin trouver son rythme.
L’ennui c’est qu’on a le temps de décrocher 20 fois avant d’y arriver.

Comme je l’ai dit, les sujets sensibles et la réflexion au sujet des IA ne sont pas très poussés mais pour un titre jeunesse c’est déjà bien et ça peut ouvrir à d’autres lectures sur le sujet. Je trouve que Chloé aurait pu se poser un peu plus de questions, ainsi que les personnages humains pourquoi pas, mais on ne va pas trop pinailler.

A un moment, d’ailleurs, je m’attendais à ce que le monde réel ne soit en fait, lui aussi, qu’une réalité virtuelle mais plus rien ne vient étayer cette théorie au bout d’un moment. Du coup je me demande si les indices ont été laissés volontairement (peut-être pour égarer læ lecteurice, justement) ou si c’est juste moi qui ai vu des signes dans ce qui n’en était pas.

Du coup, est-ce que je conseille IRL et à qui ? Je ne sais pas trop. Il y a de bonnes idées et une fois son rythme trouvé le bouquin avance bien et devient même assez prenant mais le temps qu’il met à y arriver peut être rédhibitoire.

En résumé

Points résolument positifs : Quelques idées sympa, la réflexion sur les IA. J’ai aussi aimé les nombreuses références à divers films, livres et jeux. L’un d’eux me fait d’ailleurs très envie, Corpus Simsi, qui se déroule dans le monde des Sims. Mais je vais tacher de le trouver d’occase parce que 26€ pour un lire de 120 pages je trouve ça carrément abusé.
Points hélas négatifs : L’histoire d’amour gnangnan et inutile ainsi que la personnalité de l’héroïne par moment. Le temps qu’il faut au livre pour trouver son rythme.

Enregistrer

Enregistrer

3 thoughts on “I.R.L. – Agnès Marot

  1. Ce sont des androïdes en fait ? C’est marrant mais quand je pense intelligence artificielle je vois un ordinateur qui réfléchit, rien qui se rapproche d’un être humain. Maintenant que j’y pense, dans son film IA, Steven Spielberg nous présente lui aussi des androïdes comme des intelligences artificielles, mais bon, comme j’ai détesté ce film, forcément je l’avais chassé de ma mémoire.
    1. Fuck ! Mon message s’est effacé -_-
      Donc non, ce sont des personnages virtuels qui vivent dans un serveur. Mais iels ignorent qu’iels ne sont pas humain.e.s.
      L’émission dans laquelle iels sont coincé.e.s est une sorte de mix entre une télé réalité et un MMORPG. Tous les personnages ont été créés et son joués par des humain.e.s dans le vrai monde (IRL). Quand læ joueureuse est connecté.e c’est ellui qui commande (comme les Sims mais en incarnant vraiment le personnage, grâce à une réalité virtuelle plus développée qu’aujourd’hui). Mais quand læ joueureuse est off le personnage continue de vivre, d’apprendre et de se former une personnalité. A cause d’un algorithme trop performant il n’y a plus vraiment de différence entre ce que les personnages et les humains peuvent ressentir.

      Bon, je zappe volontairement beaucoup de choses en expliquant, pour éviter de trop te spoiler, mais le principal est là 😉

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.