L’inceste dans le yaoi où quand les frères font crac-crac

Hey petite planche de surf en maïs bio !

Aujourd’hui, j’avais envie de te parler d’une thématique que je recherche assez peu (voire pas du tout) dans mes lectures de manières générale et dans mes yaoi de façon plus spécialisée, mais qui s’est imposée un peu d’elle-même dans mes dernières découvertes.
J’avais déjà un peu abordé le thème dans un axe père/fils grâce à Not Equal ≠ (même si ça restait assez soft puisqu’on y parlait aussi de voyages dans le temps ce qui dédramatisait beaucoup le coté incestueux de la relation) et cette fois j’ai choisi de m’attaquer aux histoires entre frères avec trois titres datant de quelques mois à quelques années.

Sen & Ichi’s Story

Hajime Tojitsuki chez IDP Boy’s Love, 190 pages, 21 septembre 2015, 4,99€. L’acheter sur Amazon.

Sen & Ichi's Story. L'inceste dans le yaoi où quand les frères font crac-cracRésumé

Mon nom est Sennosuke Machiya, 17 ans.
Celui que j’aime sappelle Ichi (de son vrai nom Ichinosuke)… et c’est mon frère jumeau. Je sais que je n’ai pas le droit de l’aimer, je sais que je n’ai pas le droit de lui avouer, et je sais qu’il me détestera sans doute s’il en vient à l’apprendre. Je le sais très bien, et pourtant, j’aimerais tout de même trouver le courage de lui dire que je l’aime…

Avis

Sennosuke et Ichinosuke sont jumeaux, pourtant ils ne pourraient pas être plus différents l’un de l’autre. Ichi est un peu le stéréotype de la force tranquille alors que Sen est exubérant et, surtout, fou amoureux de son frère. Dès le départ, ses sentiments sont clairs, et il sait qu’ils n’aboutiront jamais, qu’ils ne sont pas acceptables.

Bien que très différents, ils sont aussi très proches et on se doute assez rapidement que sous son masque impassible, Ichi cache peut-être aussi quelques sentiments inavoués.

L’histoire est plutôt mignonne. On s’attache rapidement à Sen et on compatit à sa détresse. Le petit groupe d’amis (enfin, surtout d’amies) qui gravite autour des deux protagonistes est assez sympathique. Bien qu’on en apprenne assez peu à leur sujet, on comprend vite pourquoi les héros y sont aussi attachés, et c’est agréable de ne pas s’attarder que sur deux personnages.

C’est un bon petit titre sans prétention qui se glissera facilement (sans jeu de mots douteux) dans toutes les biblis des yaoistes.

Au niveau dessin ce n’est pas fou-fou, mais ça se laisse regarder. Les traits sont assez simples, les visages parfois assez grossiers et certaines planches semblent désespérément vides. Les personnages secondaires sont régulièrement à peine esquissés quand ils apparaissent en arrière-plan, mais le style reste cohérent et on s’y fait finalement assez vite.

Sen & Ichi's Story. L'inceste dans le yaoi où quand les frères font crac-crac

 

Brother’s life

Amayo Tsuge, chez IDP Boy’s Love, 177 pages, 1 juillet 2014, 4,99€. L’acheter sur Amazon.

L'inceste dans le yaoi où quand les frères font crac-cracRésumé

Suite au départ de ses parents, partis à l’étranger pendant quelques mois pour le travail, Kôta, étudiant à l’université, se retrouve à vivre dans la maison familiale avec son grand frère Tetsurô revenu de Tôkyô pour l’occasion, qu’il n’avait pas vu depuis six ans et avec qui il ne s’entend pas très bien.
La situation ne tarde pas à s’avérer inconfortable, surtout quand Kôta se rend compte qu’il ne connaît absolument rien sur son frère, et encore plus quand il réalise que ses sentiments envers lui, qu’il prenait comme de l’antipathie, sont au final bien plus ambigus que ça…

Avis

Après le départ de ses parents pour l’étranger, Kôta, un jeune étudiant, se retrouve à habiter seul dans la maison familiale. Sur demande de sa mère, son grand frère, parti six ans plus tôt pour travailler en ville, revient vivre là-bas pour lui tenir compagnie.

le retour de ce frère qu’il n’a plus vu depuis des années et dont il garde peu de souvenirs va chambouler des sentiments que Kôta pensait avoir apprivoisé. Il va vite se rendre compte qu’il en pince pour lui, et le comportement étrange de son frère vis-à-vis de lui ne va en rien calmer le jeu.

Les dessins des personnages sont un peu vieillots, les trames invasives et de nombreuses erreurs de proportions flagrantes sont à dénoter mais le manga se rattrape sur les décors, en particulier naturels, plus fouillés et denses que le reste.

Cette histoire, au contraire de la première, est assez lente. On comprend rapidement que les deux garçons sont intéressés, ils font régulièrement des pas l’un vers l’autre mais leur comportement, surtout celui du grand frère, est plein de contradictions, et à la longue, ça agace.
On reste toujours un peu en retrait, sans jamais parvenir à entrer dans l’histoire, ce qui ne rend pas la lecture très agréable. Les dessins très inégaux et le côté manipulateur du grand frère n’aident en rien, et on garde assez peu de souvenirs du manga après quelques jours.

Brother's life. L'inceste dans le yaoi où quand les frères font crac-crac

 

Ani no Senaka

Waka Sagami, chez Taifu Comics, 192 pages, 26 mai 2017, 8,99€. L’acheter sur Amazon.

L'inceste dans le yaoi où quand les frères font crac-cracRésumé

Dans ce monde, il y a des amours qui ne peuvent être vécus… Yuki vit avec Keiichiro, le mari de sa sœur décédée. Il est tombé amoureux de ce dernier la première fois que leur regard se sont croisés, mais a toujours pris grand soin de cacher ses sentiments. Depuis la mort de sa sœur, Keiichiro semble ressentir une profonde tristesse. Un jour, il prend Yuki dans ses bras et lui demande de ne pas le laisser. Ce tragique événement risque-t-il de changer la relation qui c’était instaurée entre les deux hommes ?

Avis

Ou le tome qui triche (ou avec lequel je triche, plutôt), puisque nous avons ici une histoire non plus entre frères mais entre beaux-frères.

Yuki vit avec Keiichiro, dont il est secrètement amoureux depuis des années, et qui est, accessoirement, le mari de sa sœur décédée.
Il culpabilise beaucoup d’éprouver ce genre de sentiments pour l’homme qui aimait, et que sa sœur aimait, au point de l’épouser. Il a l’impression de la trahir et refuse en bloc de laisser transparaître ce qu’il ressent.

De son coté, Keiichiro n’a jamais vraiment fait le deuil de sa femme, et après plusieurs années, il porte toujours son alliance. Malgré tout, il est très attaché à son jeune beau-frère mais il suppose qu’il ne s’agit que d’un amour fraternel. Après tout, le jeune homme est venu habiter avec eux très jeune, à la mort des ses parents, et il a toujours été très proche de sa sœur. C’est donc tout naturellement qu’ils ont commencé à l’être, eux aussi.

Plus qu’une histoire d’amour, nous avons surtout ici celle d’un deuil.

Aucun des deux protagonistes n’arrive vraiment à aller de l’avant. Retenus prisonniers par les sentiments qu’ils éprouvaient pour la sœur/épouse, tous deux ont peur de s’engager, de se révéler. Et ce n’est qu’avec le départ de Yuki qu’enfin les deux hommes vont se voir forcés de faire un choix. Rester en deuil toute leur vie, à regretter une femme merveilleuse qu’ils ont peur de trahir ou avancer ensemble, en gardant toujours vivante la mémoire de celle qui les a rassemblés ?

L’histoire est jolie, douce et très très calme (parfois un peu trop, du coup). C’est une lecture agréable avec des personnages parfois un peu énervants dans leurs raisonnement mais, globalement, assez crédibles.

Au niveau des dessins, je les ai trouvés bien plus aboutis que dans les deux tomes précédents. Malgré tout, on a beaucoup de plans serrés sur les personnages et peu de décors, ce qui est regrettable vu comme ils sont beaux quand il y en a.
C’est donc une chouette petite lecture, qui ne marquera pas forcément sur le long terme, mais qui est agréable sur le coup.

Ani no Senaka. L'inceste dans le yaoi où quand les frères font crac-crac

Conclusion

Pas de coup de cœur parmi cette sélection, donc, mais tout de même trois livres qui parviennent à imposer des qualités suffisantes malgré des défauts pourtant bien visibles (un peu moins Brother’s life, mais les deux autres s’en sortent très bien).

Le côté tabou de ce genre de relation est fortement mis en avant, et ces trois titres nous évitent des scènes trop chaudes (bon, un peu moins le dernier, mais c’est bref). Je suppose que ça doit être un poncif du genre. C’est assez logique, mais c’est parfois un poil trop mis en avant. Ces trois mangas sont des one-shot, on pourrait donc s’attendre à ce qu’ils ne s’attardent pas des chapitres durant sur ce genre de réflexions. Or c’est précisément ce qu’ils font, éclipsant par la même les autres raisons qu’il pourrait y avoir à refuser ce genre de relations. Ce n’est pas un mal en soi, mais mieux vaut être au courant avant l’achat.

One thought on “L’inceste dans le yaoi où quand les frères font crac-crac

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.