In These Words – Jun Togai et Narcissus

In These Words - Jun Togai et NarcissusTitre : In These Words
Tome 1 et 2
Manga – yaoi
Thèmes : Thriller psychologique
Nombre de volumes vf : 2 (en cours)
Nombre de volumes vo : 2 (en cours. Le tome 3 est annoncé pour avril 2016)

Autrices : Jun Togai et Narcissus
Édition : Taifu
Nombre de pages : 200/192
Date de sortie :  11 novembre 2014/16 septembre 2015
Prix : 9,99€
Acheter In These Words tome 1 et tome 2 sur Amazon.

Il en dit quoi le résumé ?

Katsuya Asano, un profiler formé aux Etats-Unis, est amené à travailler pour la police de Tokyo afin de fournir le profil d’un tueur en série qui sévit depuis plusieurs années. Grâce à son aide, l’opération est une réussite et Shinohara Keiji est enfin arrêté. Obnubilé par la personne qui est à l’origine de son arrestation, ce dernier accepte de faire des aveux complets, mais à la condition que Katsuya soit celui qui les recueille. À peine le jeune profiler vient-il d’accepter qu’il est tourmenté nuit après nuit par le même cauchemar : un homme dont il ne voit pas le visage le retient prisonnier et le torture tout en lui murmurant à l’oreille qu’il l’aime. La frontière entre rêve et réalité s’effondre alors brutalement pour lui…

In These Words - Jun Togai et Narcissus

Et moi, j’en pense quoi ?

In These Words est publié chez Taifu par le collectif Guilt | Pleasure et raconte l’histoire de Katsuya Asano, profiler pour la police de Tokyo qui fait nuit après nuit le même genre de cauchemars, mettant en scène le tueur en série qu’il aide la police à arrêter. Jusqu’au jour où ils le coffrent enfin, et que celui-ci n’accepte de faire des aveux que si c’est Katsuya qui prend sa déposition.

Début juillet (oui, cette chronique a été écrite il y a des plombes), est sortie l’édition limitée du deuxième tome de In These Words, le manga sulfureux de Guilt | Pleasure (entre temps l’édition classique est également sortie, elle est moins chère et un peu moins grande) ce qui me donne une occasion toute trouvée pour vous parler plus en détails de ces deux premiers tomes.

In These Words - Jun Togai et Narcissus

L’histoire, vous l’avez compris, tourne autour de Katsuya, psychiatre et profiler pour la police japonaise qui se retrouve à devoir prendre la déposition du tueur en série qu’il a aidé les flics à coffrer.
Seulement, plus l’enquête avance, plus il fréquente ce tueur et plus il dort mal, faisant de plus en plus de cauchemars dans lesquels il se retrouve être la victime de ce tueur psychopathe qui le torture, le viole et lui répète inlassablement qu’il l’aime.
C’est donc très perturbé par cet étrange et encombrant accès d’empathie pour les victimes qu’Asano continue tant bien que mal le travail qui lui a été confié. Mais plus le temps passe et plus le doute naît en lui (et en nous). Est-ce de l’empathie ou une réminiscence de souvenirs ?

Un tome 2 encore meilleur.

Le tome deux s’ouvre sur un nouveau souvenir de Katsuya puis reprend là où le tome un s’était arrêté et l’horreur recommence pour Katsuya. Cela dit, contrairement à beaucoup de mangas du genre, les scènes de cul ne sont jamais gratuites et s’insèrent parfaitement dans la trame de l’histoire. Pas de syndrome de Stockholm de bas étage ici et, bordel, ça fait du bien !
En revanche attendez-vous à être retourné.e dans tout les sens, un peu comme Katsuya d’ailleurs, tant les révélations sont bouche-béantes.
La seconde partie nous ramène presque deux ans avant les événements présents, lors de la rencontre entre Asano et Shinohara. Le choc est grand, pour nous mais aussi pour Katsuya, une fois encore.
Le tome 3 devrait nous renvoyer dans le présent, du moins je le suppose, car beaucoup de choses demandent à être élucidées.

In These Words - Jun Togai et Narcissus

Une vraie originalité.

Alors bon, ce manga est rempli de qualités, j’irai même jusqu’à dire que c’est l’un des meilleurs du genre. L’histoire est originale, pour de vrai, on ne nous ressort pas le même scénario resucé un million de fois avant par un demi million de mangakas. Les personnages sont attachants, ou détestables, voire même les deux à la fois, mais en tout cas sont-ils crédibles, travaillés et on n’a aucune difficulté à croire en eux. La trame aussi est crédible et foutrement sympa. Déjà, l’intrigue principale part sur une base stable et constamment solidifiée au fil des pages mais les intrigues secondaires qui viennent se greffer à elle en cours de route sont tout aussi bien ficelées. L’histoire est intelligente et, mieux encore, est également mise en page intelligemment.
Car une autre chose que j’aime particulièrement dans cette série c’est que le dessin est véritablement au service de l’histoire.

Le dessin est véritablement au service de l’histoire.

Au début du manga, alors que l’esprit de Katsuya n’est pas encore embrumé par ses cauchemars et le reste, le trait est plus posé, plus calme, presque plus doux. Il y a plus de décors et même les personnages semblent plus ancrés dans une réalité stable. Mais, au fur et à mesure de l’avancement, alors que Katsuya se laisse petit à petit envahir par ses doutes et ses peurs, les traits vont devenir plus vifs, presque plus brouillons, quoiqu’ils restent toujours très travaillés. Et, lorsqu’Asano et Shinohara se retrouveront enfin seuls, le style s’épurera totalement, les décors s’éclipseront pour nous permettre de nous focaliser uniquement sur la brusquerie des traits reflétant l’état psychologique et physique des personnages à cet instant.

In These Words - Jun Togai et Narcissus

Je terminerai en rappelant que ce manga n’est clairement pas à mettre entre toutes les mains, les scènes de sexe étant assez crues et l’ambiance générale frôlant parfois le morbide. Mais si vous aimez être dépaysé.e, si vous aimez être surpris et bander sur des graphismes et des persos qui envoient du bois, vous devriez vraiment vous essayer à In These Words.

En résumé

Points résolument positifs : La trame est originale et crédible, puis le dessin a vraiment de la gueule.
Point hélas négatif : Les deux versions, classique et limitée, ne contiennent, semble-t-il, pas les mêmes bonus. Vu que la limitée coûte presque deux fois plus cher, elle devrait, à mon goût, tous les contenir.

Chronique initialement publiée dans le Yatta Fanzine numéro 11.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2 thoughts on “In These Words – Jun Togai et Narcissus

  1. Il me tente vraiment beaucoup ce manga! J’ai vérifié à la biblio mais ils ne l’ont pas. Il faut que je le trouve, j’ai vraiment envie de le lire (et d’être dépaysé un peu pourquoi pas!) Ça l’air d’être de qualité!
  2. Il faut que tu le trouve, il est vraiment bon C’est rare d’avoir un manga de cette qualité autant scénaristique que visuelle, je ne peux que le recommander très chaudement ^^

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.