L’Héritage des Damnés – Isabelle Rozenn-Mari

L'Héritage des Damnés - Isabelle Rozenn-MariTitre : L’Héritage des Damnés
Tome 1
Roman
Thèmes : horreur, suspense, thriller
Nombre de volumes vf : 2 (terminé)

Autrice : Isabelle Rozenn-Mari
Édition : Auto-édition
Nombre de pages : 288
Date de sortie :  14 juillet 2014
Prix : 18,99€ broché/3,99€ numérique
Achetez L’Héritage des Damnés tome 1 sur Amazon.

Il en dit quoi le résumé ? 

Un roman dont le rythme est mené tambour battant avec une héroïne jeune et naïve qui devra faire preuve de courage et de perspicacité au milieu d’un univers particulièrement ténébreux.
Suspense haletant, frissons et passion sont au rendez-vous !
Une fois commencé, vous ne pourrez plus vous arrêter avant la dernière page… A présent, vous êtes prévenus…

Irlande – Province du Connacht – 1601
Dans une Irlande en proie à des guerres de religion intestines, un comte fait régner la terreur sur la province qu’il dirige. Une rumeur tenace – mais peu controversée – lui attribue de sombres liens avec le diable… Tandis que des jeunes filles disparaissent, la colère enfle parmi les paysans…

Etats-Unis – Massachussetts – 1893
Laurie-Ann – 17 ans – est contrainte de passer ses vacances d’été chez une vieille tante dans un petit village du Massachussetts – Ashmont. A son arrivée, elle découvre que cette dernière habite dans un manoir isolé – en compagnie de son majordome – et que les villageois lui vouent une haine aussi farouche qu’inexplicable.
Laurie-Ann va rapidement se sentir épiée et ne va pas tarder à faire des rêves étranges sur le mari de sa tante, décédé un demi-siècle plus tôt.
Alors qu’elle sent une menace invisible peser sur elle, les questions vont se bousculer :

Qui, dans le manoir, cherche ainsi à la déstabiliser ? Dans quel but ?
Quel passé inavouable sa tante cherche-t-elle à dissimuler ?
Et pour quelle raison les habitants d’Ashmont semblent-ils également la détester ?

Tandis que ses rêves lui paraissent de plus en plus réels, Laurie-Ann comprend que sa vie est en danger.
Les incroyables découvertes qu’elle fait alors ne font qu’épaissir un peu plus le mystère dont est auréolé le ténébreux manoir de sa tante…
Un compte à rebours démarre alors…
Saura-t-elle l’arrêter à temps ?

« Ames sensibles, s’abstenir ! »

Et moi, j’en pense quoi ?

Une histoire de démons pour Halloween ? Voilà qui se goupillait plutôt bien. J’ai eu la chance de tomber précisément sur ce livre à chroniquer pour le Prix de l’auto-édition en cette fin octobre.

Quelques fautes ou mots manquants de ci de là. Mais vraiment peu par rapport à certains ouvrages.
Certaines scènes sont parfois un peu maladroites et les mots ne sont pas toujours bien choisis, je pense notamment à tout le coté fantasme en rapport avec le comte ainsi qu’aux scènes de sexe.
J’ai parfois eu l’impression que l’auteure ajoutait ces scènes pour faire plaisir à un certain lectorat mais qu’elle n’y croyait pas elle même. La tension sexuelle est soit trop effleurée, parce qu’on n’est clairement pas dedans et que le désir de Laurie-Ann semble un peu sortir de nul part. Soit trop présente dans le sens où, tant qu’à faire, si elle n’est pas plus importante que ça, autant ne pas en faire mention.

Une histoire prenante

A coté de ça le fil narratif est vraiment bon. Une fois l’histoire lancée l’intérêt va en s’accroissant. Parfois dans ce genre d’histoire le soufflé retombe au trois quart du récit, les idées s’embrouillent et finalement la fin semble bâclée. Or ici l’auteure sait où elle va et nous y emmène sans la moindre hésitation.

Quelques fois les réactions des personnages paraissent totalement incompréhensibles. Dés la première fois où il a été fait mention des enlèvements, par exemple, j’ai soupiré, « Mais pourquoi ne quittent-ils pas tous la région ? C’est ridicule… »
Et si j’ai tout d’abord pensé ça, avant même de laisser une chance au bouquin de s’expliquer plus loin, c’est parce qu’il n’est pas rare de voir de tels trous scénaristique en auto-édition. Heureusement l’auteure l’a vu elle aussi, tout comme certains de ses personnages qui vont jusqu’à poser la question au cours du récit. Et ainsi une (bonne) poignée de page plus tard la réponse est apportée. Et elle se tient.
Ça fait plaisir et ça renforce la bonne impression qui fini par se dégager du livre à mesure que l’on en tourne les pages.

Des clichés… brisés

J’avoue que la naïveté de Laurie-Ann m’a un peu ennuyée au début (je n’aime pas les héroïnes nunuches). Heureusement elle grandit assez rapidement et tout en prenant en maturité elle gagne en points de sympathie. J’avais envie de la voir réussir et, chose rare, j’ai eu des doutes jusqu’au dernier instant quant à cette réussite (ou cette non réussite).
J’ai aussi aimé l’ambiguïté de certains personnages secondaires, tel que la vieille tante que l’on n’est jamais tout à fait sur de devoir classer parmi les gentils ou les méchants.

Il y a tout de même une petite chose que j’ai moins aimée : Tous les personnages font une première impression très très caricaturale. Melvin, Mary, Cathleen, Alina, Fergie, et même Laurie-Ann dans une certaine mesure.
La plupart de ces clichés seront brisés, au moins en partie, avant la dernière page mais à cause de ça je les ai presque tous découvert avec un apriori négatif et ma première réaction à été de râler dans ma barbe « Ouéé, le beau gosse au sourire ravageur et qui fait des blagues. » « Youpie la copine gentille, un peu trop sensible mais trop moche que pour être regardée. » « Youplaboum le démon qu’a un sex-appeal de malade et qui fait se mouiller toutes les culottes du voisinage d’une simple œillade… »

C’est dommage de partir sur de si mauvais a priori. Surtout si c’est pour les déconstruire un peu plus loin. Vu que les personnages ne sont pas des clichés sur pattes autant les présenter directement tel qu’ils sont et ne pas laisser le lecteur se faire une mauvaise première impression. Surtout qu’il est parfois un peu difficile de s’en défaire.

Une excellente surprise

Pour résumer, c’est une très bonne histoire. Elle a quelques faiblesses mais beaucoup plus de qualités.
Les personnages sont sincères et on croit en eux sans difficulté.
L’univers est sympa, on imagine très facilement le petit village, la vieille gare, le manoir sur la colline, le cimetière, etc.

Au niveau de l’époque on navigue un peu entre deux eau. D’un coté on esquisse les problèmes liés à celle ci (inégalité homme-femme qui fait grincer des dents). De l’autre on les éclipses sans vraiment les résoudre et on se retrouve avec un récit (et une héroïne) beaucoup plus contemporain de part les actions décrites ou le langage utilisé.
Ce n’est pas exagérément dérangeant mais sans ça le texte y gagnerait indubitablement.

Encore une fois j’ai l’impression d’avoir surtout soulevé les points négatifs  pourtant celle ci je peux sincèrement dire que j’ai aimé ma lecture et que je suis impatiente d’en connaître la suite.
C’est donc une recommandation que je vous fais cette fois. Pour peu que vous aimiez le fantastique, les manoirs vieillissants et les histoires de démons.

En résumé

Points résolument positifs : Une fois le prologue (qui ne dure qu’un ou deux chapitres) passé le rythme s’emballe et il devient vite difficile de poser la liseuse.
L’univers sur lequel est posé l’histoire est suffisamment solide pour qu’on y croit, les personnages sont attachants et le tout est englobé d’une aura de surnaturel juste dosée comme il faut. J’ai aussi particulièrement aimé le fait que certains points semblant un peu posés là pour faire avancer l’histoire sans logique avec le reste soient finalement éclaircis (et donc pas du tout gratuits).
Point hélas négatif : La première impression que donne les personnages. Les quelques fautes oubliées.

L'Héritage des Damnés - Isabelle Rozenn-Mari

Enregistrer

One thought on “L’Héritage des Damnés – Isabelle Rozenn-Mari

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.