Fight Girl tome 21 – Izumi Tsubaki

Fight Girl tome 21 - Izumi TsubakiTitre : Fight Girl
Tome 21
Manga – shojo
Thèmes :
humour – loufoque – school life
Nombre de volumes vf : 21 (en cours)
Nombre de volumes vo : 23 (en cours)

Autrice : Izumi Tsubaki
Édition : Delcourt-Tonkam
Nombre de pages : 224
Date de sortie :  15 mars 2017
Prix : 6,99€
Acheter Fight Girl tome 21 sur Amazon.
Lire aussi la critique de Fight Girl tomes 19 et 20.

Il en dit quoi le résumé ?

Le chef de l »école Ouest, Asahi Sakurada, a un rendez-vous amoureux avec Takaaki Aoi, le chef de l’école Nord réputée pour leurs résultats sportifs brillants. Oui, c’est bel et bien un garçon, lui ! Pour que ce dernier renonce à Sakurada, Mafuyu finit par accompagner ce dernier à son rendez-vous malgré elle !
Quant à l’école Midorigaoka, on y aperçoit partout « une personne qui porte le masque de Super Lapinou » !

Et moi, j’en pense quoi ?

Attention, spoiler possible des tomes précédents. Y compris du 20.

Fight Girl tome 21 - Izumi Tsubaki

Ce tome a été repoussé plusieurs fois, au moins 3 si j’en crois les dates avancées sur Amazon toute l’année passée. Et je désespérerais de le voir sortir un jour. Maintenant que le Japon a deux tomes d’avance sur nous j’espère quand même qu’on n’aura plus à attendre un an avant de voir débarquer le 22eme.

Le tome 20 nous laissait sur une grosse interrogation. Hayasaka venait de trouver l’écharpe qu’il avait offerte à Super Lapinou dans l’armoire de Mafuyu et on se demandait si, enfin, il allait comprendre que les deux ne forment qu’une seule et même personne.
Le 21 met pourtant cette intrigue complètement de coté durant son premier tiers.
Mafuyu passe en effet ses vacances dans sa ville natale et se voit entrainée dans un bousillage en règle du rendez-vous amoureux entre Sakurada, qui n’a vraiment plus rien d’un ennemi, et Aoi, le chef du lycée Nord, qui lui n’a rien d’un délinquant.

Fight Girl tome 21 - Izumi Tsubaki Fight Girl tome 21 - Izumi Tsubaki

Un tome qui renoue avec ses origines.

Dans ce tome on retrouve tous les éléments qui nous avait rendu.e.s fans des premiers. Énormément d’humour, des situations loufoques et déjantées, la touche SM apportée par Maizono et Mafuyu déguisée en Natsuo qui, il faut le dire, m’avait manqué.

Même si ce tome est majoritairement très bon on regrettera quand même la stagnation de l’intrigue principale et le nouvel arc narratif dans lequel nous emmène une fois de plus l’autrice.
Elle précise tout de même dans une note de fin de tome que le prochain sera le dernier ayant attrait au comité des élèves. Bien qu’elle aie réussi depuis quelques tomes déjà à sortir du schéma répétitif dans lequel elle s’était embourbée à cause du comité ça fera du bien de voir les héro.ïne.s faire autre chose que se battre avec ces élèves là. J’ai hâte de voir comment l’histoire va évoluer une fois que l’on aura mis cela derrière nous.

Le trait s’est aussi re-déshojotifié par rapport au quelques tomes précédents. Ce qui est très bien parce que j’avais du mal avec les nouveaux design des personnages. Même si le style de la mangaka a quand même beaucoup évolué par rapport aux premiers volumes elle revient encore parfois aux origines et elle devrait le faire plus.

Donc, c’est un très bon tome et il est a espérer qu’on ne devra pas attendre le tome 22 aussi longtemps que le 21.

Fight Girl tome 21 - Izumi Tsubaki

Quand la traduction se retrouve face à ses choix passés.

Le fait d’avoir traduit Mafuyu Sama* par Mademoiselle Mafuyu donne des situations totalement ridicules dans ce tome. Quand, par exemple, elle est déguisée en Natsuo, Kangawa l’appelle sans arrêt Melle Mafuyu devant Aoi qui, lui, n’est pas au courant qu’elle est une fille et qui pourtant ne le relève pas. On passe aussi d’un vouvoiement de la part des subalternes à un tutoiement. Sérieux, à la régie, vous foutez quoi ?

 

* Sama est un suffixe utilisé en japonais pour marquer le respect envers une personne d’une classe sociale supérieure ou, d’une manière plus générale, à quelqu’un que l’on respecte beaucoup. Ici les subalternes appellent Mafuyu Mafuyu Sama (ou Melle Mafuyu en français) parce qu’elle était la cheffe des voyous de l’école, donc la plus forte et qu’ils la respecte énormément.

En résumé

Points résolument positifs : Un retour aux sources en matière de rythme et d’humour.
Point hélas négatif : La trame principale n’avance pas.

Enregistrer

Enregistrer

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.