Fay Renoir t.1 – Marlène Chombart-Lemoine

Fay Renoir t.1 - Marlène Chombart-LemoineTitre : Fay Renoir, la demoiselle elliptique
Tome 1
Nombre de tomes vf :
2
Autrice : Marlène Chombart-Lemoine
Édition : ThoT
Nombre de pages : 254
Date de sortie :  14 avril 2014
Prix : 6,99€
Achetez Fay Renoir, la demoiselle elliptique sur Amazon.
Page FB de Fay Renoir

Quatrième de couverture

Fay est une jeune femme surprenante, polyhandicapée et épileptique. Ni son corps, ni son cerveau ne sont comparables aux nôtres. Ses crises de Haut-Mal mettent souvent sa vie entre parenthèses, creusant de larges ellipses dans son histoire. Raconter le mode « OFF » de son cerveau c’est décrire les folles Merveilles du pays d’Alice, c’est aussi instructif qu’une plongée au cœur de son propre subconscient, c’est la matière des rêves.

Au lycée qu’elle fréquente pour la première fois, tout lui est étranger. Tout ? Excepté peut-être, Luke, l’assistant en Arts dont la voix très particulière rappelle à Fay les intonations de celle qui l’encourage, chaque fois, à s’extirper des bras tentaculaires de son épilepsie… Quel est ce lien étrange ? Luke peut-il aimer une jeune femme handicapée, si jolie soit-elle ? En a-t-il le droit ? Dans sa famille britannique, bâtie suivant des principes ancestraux, rien n’est moins sûr.

Ce que j’en ai pensé

Au départ je ne suis pas trop portée histoires se passant à l’école et, à priori, n’étant pas concernée, pas non plus histoires dont les personnages principaux sont handicapés. Cela dit l’extrait proposé à la lecture ici à eu tôt fait de me convertir. Je l’ai trouvé drôle et très prometteur. En fait je n’ai pas lu le résumé, juste l’extrait, avant de classer ce livre parmi ceux que je voulais à tout prix lire.

Là où le récit marque un point énorme c’est dans le fait de traiter son héroïne handicapée comme n’importe quelle héroïne « normale ». Fay est en fauteuil ok, elle est épileptique ok, elle a des retards psychomoteur ok aussi. Mais elle est avant tout attachante, intelligente et drôle. C’est une ado presque comme les autres qui arrive à nous faire oublier sa différence tout en nous rendant plus tolérant.

L’histoire débute dans le bureau du principal, lors de la première journée de cours de Fay, 17 ans, polyhandicapée sujette aux crises d’épilepsies. On va la suivre plusieurs jours durant, faire la connaissance de sa famille, de ses profs et des élèves avec qui elle partagera désormais sa vie, ses jours étudiants. Jusqu’à ce mardi où elle va faire sa première crise en classe d’art pla. et où elle va découvrir qu’au fond de son esprit se cache un monde dont elle ignorait tout. Un monde qu’elle partage avec le bel assistant du prof d’art pla… Enfin, qu’elle pense partager avec celui ci n’est-ce pas? C’est impossible qu’il soit à la fois en classe, à l’empêcher de s’étouffer et dans son esprit à… passer du temps avec elle, si ?

C’est dans l’espoir de lire des livres de cette qualité que je me suis inscrite dans le jury du prix de l’auto édition!

A partir de ce moment on va passer régulièrement du monde normal, celui de la vrai vie, au mode OFF, celui de son esprit, où elle est toujours elle même mais en mieux.
On veut rapidement en savoir plus sur ce mode OFF, sur ce qu’il contient, sur ce qui est vrai à l’intérieur de celui ci, mais aussi sur la vraie vie bien réelle. Le dilemme « rester dans le monde virtuel où je peux marcher et parler ou revenir dans le vrai monde et vivre pour de vrai mais en étant fort diminuée, tout cela en sachant que les sensations ont l’air vraies aussi dans l’OFF » est tout juste survolé mais c’est assez pour y faire réfléchir. Et même si ce n’est pas clairement dit ce que fait Fay sur la fin du livre prouve qu’elle y pense aussi bel et bien.

D’une certaine façon on pourrait presque faire le parallèle avec Matrix… Pour le coté double monde je veux dire, dont l’un est bien réel et l’autre, hm, un peu moins. Pas pour le coté élu, agent Smith, etc, of course. Mon parallèle est peut-être un peu bizarre en fait, je ne suis pas sur que vous deviez vraiment y prêter attention.

Le  seul semi point négatif que je retiens est l’abondance de discussions en anglais entre les personnages, Luke étant anglais et Fay bilingue.
Bon, personnellement je n’ai pas été vraiment dérangée par cela (preuve qu’il ne faut pas non plus avoir un Bac +5 en langue pour ne pas être largué). De plus je l’ai lu sur liseuse, en cas de doute un petit clic me donnait la définition du mot, avec un livre papier c’est déjà plus chiant (et long) d’être fixé (je ne sais pas chez vous mais ici depuis qu’on a internet les dicos ont un peu été remisés au Diable…). Mais pour quelqu’un ayant zéro notions d’anglais ça risque de poser quelques soucis.
Il n’aurait pas été inutile d’ajouter des annotations en bas de pages avec les traductions. C’est peut-être d’ailleurs le cas dans la version reliée ?

En résumé

Points forts :  Le traitement de l’héroïne. L’humour omniprésent. La qualité de l’écriture. Le message transmit en sous titre.
Points faibles : Les parties en anglais. L’édition reliée contient visiblement des dessins, ce que la numérique n’a pas. Bouh

Lu dans le cadre du challenge lecture 2015

Enregistrer

4 thoughts on “Fay Renoir t.1 – Marlène Chombart-Lemoine

  1. ça fait envie. J’ai voulu me faire une idée moi en lisant l’extrait dont tu parles mais le lien est mort.
    1. Ah crotte. Je re-upload les anciennes critiques et je ne vérifie pas automatiquement les liens :/
      Mais j’en ai trouvé un autre, je l’ai corrigé dans l’article. Par contre je ne me rappelle pas si c’était le même extrait.

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.