Dream Boy – Jim Grimsley [coup de cœur]

Dream Boy - Jim GrimsleyTitre : Dream Boy
Roman
Thèmes : homosexualité – amour – homophobie – adolescence – inceste

Auteur : Jim Grimsley
Édition : Métailié
Collection : Bibliothèque anglo-saxonne
Nombre de pages : 178
Date de sortie :  4 avril 2003
Prix : Introuvable neuf. De 8 à 50€ d’occasion. 
(Ne pas ?) Acheter Dream Boy sur Amazon.
Acheter le DVD tiré du roman.

Il en dit quoi le résumé ?

Un premier amour est toujours une aventure merveilleuse et compliquée et, lorsqu’on vit dans le sud d’une Amérique rurale et religieuse et qu’on aime un autre garçon, les choses deviennent extrêmement difficiles.
Nathan est un garçon intelligent, ballotté par les constants déménagements d’une famille sur laquelle règne le despotisme d’un père alcoolique et religieux. Il cache le terrible secret de la terreur que lui inspire son père.
Nathan et Roy s’aiment mais ne savent pas encore tout dissimuler et ils se trouvent aux prises avec la bêtise et la violence impitoyables des autres garçons. Seule la fuite pourra les sauver.

L’écriture poétique parfaitement maîtrisée de Jim Grimsley nous introduit dans l’univers et les sentiments de l’enfant tout en maintenant une distance qui évite tout pathos.

Et moi, j’en pense quoi ?

Après avoir vu le film il y a plusieurs années et découvert qu’il était inspiré d’un bouquin j’ai commencé à le chercher à un prix, dirons nous, raisonnable. Parce que bon, 30 à 50€ pour un bouquin de moins de 200 pages et d’occase j’ai tendance à trouver ça un poil cher.

Je surveillais donc depuis fort longtemps l’évolution des prix sur plusieurs sites. J’ai même tenté de le trouver en numérique quand j’ai reçu ma liseuse mais il était introuvable, aussi bien légalement que moins légalement. J’avais presque résolu de l’acheter en anglais (et de ne probablement jamais le lire, comme 100% des livres anglais hors album que j’ai déjà achetés) quand j’ai vu le prix commencer à beaucoup bouger chez un marchand que je suivais depuis un bail. Quand il est passé sous la barre des 8€ je n’ai plus trop hésité, de peur qu’il ne repasse à 30 le lendemain, et j’ai enfin passé commande.

J’ai beau avoir plus de cinquante titres dans ma pal il s’est évidement hissé tout en haut dés que je l’ai eu en mains. Une attente de plusieurs années ne pouvait souffrir d’un seul jour de plus.
J’ai terminé les derniers chapitres de la bibliothèque des âmes (dont la critique arrive) et on s’est installés, lui et moi, pour une histoire qui devait se terminer en seulement deux soirées.

Mais j’arrête de te raconter ma vie et j’en viens au sujet.

Des adolescents, encore. Je crois que je fais une sorte de crise de la trentaine.

Nathan vient d’emménager dans une nouvelle maison avec papa et maman. Rapidement il lie une relation un peu étrange avec Roy, le voisin de deux ans son ainé et, accessoirement, conducteur du bus scolaire qu’il gare dans la cour de la ferme où il habite. Alors qu’ils ne peuvent pas vraiment se qualifier d’amis une étrange alchimie passe entre eux, qu’aucun des deux garçons ne comprend réellement. Les semaines passent, ponctuées d’effleurements et de rapprochements qui sont autant de tests, de balises qu’ils s’envoient l’un l’autre.

Alors que Nathan se perd de plus en plus dans un passé qu’il a occulté et qui refait parfois surface, les sentiments de Roy s’intensifient alors qu’il n’est absolument pas préparé à les accepter ou à les dévoiler au grand jour.
Comme si ça ne suffisait pas l’un des amis de Roy est effrayant et, bien qu’il ne le verbalise pas, Nathan craint qu’il devienne violent. S’il découvrait leur relation par exemple.

L’auteur dépeint une Amérique profonde, catholique, homophobe, à l’ancienne, consanguine presque, oserais-je dire. Très crédible, limite palpable. L’ambiance qui se dégage de ce cours roman est tantôt pesante et moite. Elle évolue en permanence, essentiellement en fonction des ressentis de Nathan. Bien que l’histoire soit écrite à la troisième personne læ lecteurice est avec lui en permanence. Les mots du narrateur sont siens ou presque.

En immersion totale.

Les personnages sont crédibles, imparfaits, spontanés, en proie à l’inquiétude, à la peur et à l’enthousiasme de la jeunesse. Ils sont si tangibles qu’on pourrait les toucher. Les descriptions sont simples et directes. Sans passer par quatre chemins l’auteur nous permet de nous glisser dans les bottes de Nathan.

Les personnages adolescents sont décris sans mièvreries, sans exagérations. Ils se cherchent, se provoquent, se construisent. Ils agissent, se posent des questions et tombent. Le texte est juste et brute, en peu de mots il plante un décor tantôt effrayant, tantôt reposant. Et sans cesse nous craignons de le voir s’effondrer, emportant le jeune homme discret et calme dans une noirceur sans issue.

L’écriture est simple, les phrases sont parfois longues et pourtant on est rapidement touché.e.s par ce qui se dégage, par l’âme que l’auteur a su insuffler entre les lignes. Ce ne sera pas un grand chef d’œuvre pour tout le monde mais c’est le genre de livres que j’aimerais pouvoir écrire.

Une fin étrange et ouverte.

Certains passages sont durs, sont révoltants et terrifiants. Et pourtant la fin, bien qu’un peu étrange, est, contre toutes attentes, ouverte sur l’avenir. Mon coté idéaliste et optimiste espère un dénouement heureux mais l’époque et les évènements retracés auraient-ils vraiment permis à ces deux êtres de vivre heureux pour toujours ?

De ce que je m’en souviens le film est très fidèle au livre et cette lecture m’a un peu donné envie de le revoir. Du coup si tu ne parviens pas à trouver le livre, parce que, franchement, il faut s’armer de patience ou avoir un sacré coup de bol, tu peux te rabattre sur l’adaptation filmique. Bien que je devrais peut-être la revoir avant de te la conseiller mais bon…

En résumé

Points résolument positifs : L’ambiance qui s’en dégage, l’addiction qui se crée très vite, les héros attachants.
Point hélas négatif : Le fait qu’à la fin justice ne soit pas faite est très frustrant pour moi mais ça colle au fond très bien avec ce genre d’histoire et d’ambiance.

Défi lecture 2017

Enregistrer

Enregistrer

2 thoughts on “Dream Boy – Jim Grimsley [coup de cœur]

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.