L’académie Minerve – Pralinus (coup de cœur)

box livresque

L'Académie Minerve couv

Titre : L’académie Minerve
Autrice : Pralinus
Dessin : Pralinus
Édition : auto-édition
Nombre de pages : 261
Date de sortie :  17 juillet 2016
Prix : 0€
Téléchargez gratuitement L’académie Minerve sur Bookelis.
La chaine YT de Docteur Pralinus.
Sa page FB.

Il en dit quoi le résumé ?

Dans un univers médiéval patriarcal, les élèves écuyères, de l’Académie Minerve, seul établissement à former les femmes au combat, tentent de trouver leur place.

Léonce Méléagre entre en première année à l’Académie pour devenir écuyère. Âgée de treize ans, élève boursière issue du peuple, elle est complexée par ses origines et freinée par une famille qui ne comprend pas ses aspirations.

Léonce va se lier d’amitié avec d’autres élèves ; la sage Plec, l’insolente Ro, la froide Kyrie et l’astucieuse Oks, l’impulsive Beth, la timide Louisette et l’orgueilleuse Chastity.

Ensemble, elles vont grandir et progresser jusqu’à devenir des concurrentes sérieuses au Tournoi des Écuyers et tenter d’intégrer la Garde Royale.

Et moi, j’en pense quoi ?

Je vous ai déjà touché touché deux mots très bref hier au sujet de ce livre. Et aujourd’hui il est temps d’approfondir un peu la question.

Déjà, il faut savoir que j’ai entamé ce roman sans entrain particulier. J’avais entendu l’autrice en parler dans un de ces vlogs et l’avais téléchargé au cas où mais je ne pensais vraiment pas le lire dans l’immédiat.

Les histoires de chevaliers en général j’aime bien. le Moyen-Age, les tournois, les armures et les écuyers bien bourrins souvent ça me parle. Or là je ne me sentais pas trop dans l’ambiance. Je pensais donc retardé ma lecture.

Puis j’ai terminé Les Traqueurs et Le Clebs a été achevé en une petite journée. Autant dire que je me sentais plutôt en forme (de patate) et que j’avais envie de continuer sur ma lancée des bons livres qui donnent envie de lire toute la journée.

J’ai feuilleté ma Kobo nouvellement garnie d’une trentaine de titres sans vraiment m’arrêter sur aucun d’entre eux. Puis, en revenant à la première page, il m’a semblé voir l’un des personnages de la couverture de l’Académie Minerve se retourner et me faire un clin d’œil

Avant que mon cerveau n’ai pu régir mon pouce l’avais caressée et, déjà, les premières pages se dévoilaient à moi.

L'Académie Minerve couleur

Une histoire de chevaliers presque traditionnelle

Le début est assez conventionnel. Une jeune paysanne se découvre une passion à priori pas du tout faite pour elle et va se battre, ou dans le cas présent s’entrainer, pour pouvoir intégrer une école qui lui permettra de devenir la plus forte.

Enfin, quand je dis conventionnel… Oui.  Mais ça le serait davantage s’il s’agissait d’un jeune paysan et non d’une paysanne.

Un Naruto moyenâgeux avec des filles

Quand j’ai entamé ma lecture je n’avais aucune idée de ce qu’avait voulu représenter l’autrice avec ce livre. Elle en avait bien parlé dans des vlogs, que j’ai regardé par la suite du coup, mais j’avais du les zapper sur le moment.

Ici elle explique la filiation avec Naruto.
Ici elle en parle aussi un peu et montre les dessins.

Au premier abord j’ai donc trouvé les personnages un peu clichés. Et, justement, son but avec cette histoire était de reprendre les codes et personnages du shonen, avec tous ces stéréotypes, mais en remplaçant les personnages masculin par des personnages féminins.
Et franchement, je ne pensais pas que ça pouvait donner un résultat aussi sympa.

Ce qui est amusant c’est que je n’aime pas particulièrement les shonens avec des personnages stéréotypés à la base.
En fait je n’aime même pas Naruto.
Or, nos héroïnes sont visiblement inspirées de ces personnages.

Mais, en même temps, elles ne s’enlisent pas dans ces rôles comme on le voit trop souvent . Elles sont suffisamment complexes pour s’en extirper et commencer à vivre véritablement.

Quand les stéréotypes cassent les stéréotypes

Au niveau de l’histoire en elle même, les débuts m’ont été un peu laborieux. Beaucoup de personnages sont introduit en assez peu de temps et j’ai du revenir quelques fois à la première page, reprenant leurs profils et leurs noms, pour les identifier.
Parce que bon, à part Ro et ses longues tresses, Louisette et son crane rasé et, éventuellement, Kyrie et son carré argenté tout le monde a les cheveux court. Ça ne facilite pas une identification simple et rapide.

Mais bon, ça c’est le tout début. Rapidement on apprend à différencier les écuyères et chacune développe son propre caractère. Si bien qu’au bout de quelques dizaines de pages plus aucune erreur n’est possible.

Les relations qui vont se tisser entre les héroïnes sont extrêmement touchante. Deux d’entre elles nous offrirons d’ailleurs la plus adorable scène de premier baiser de l’histoire de la littérature. Ou peu s’en faut.
Mais ne vous méprenez pas, il est question ici, avant tout, d’amitié.
Et de combat, de respect, de courage, d’entêtement, de persévérance. Mais aussi d’une superbe amitié qui fait vraiment envie.

L'Académie Minerve croquis

Une belle diversité de personnages

Tous les personnages vont énormément évoluer au cours du récit. Toutes vont apprendre des choses et se forger une personnalité propre et logique au vu de leurs expériences .

Le ton va aussi changer à mesure que les filles vont grandir et que leur objectif, le Tournoi des Écuyers, va se rapprocher. L’histoire va devenir plus intense, le ton sera parfois plus sérieux bien qu’il ne se départira jamais de ses notes d’humour, et des sujets importants, jusque là restés un peu en retrait bien que soulevés au début du récit, vont apparaitre au premier plan.

Le Tournoi sera l’occasion de d’entrer plus intensément dans leurs pensées et de comprendre les véritables enjeux qui se joueront. Pour chacune d’entre elles, déjà, et peut-être aussi pour la gente féminine toute entière.

Des sujets importants et d’actualité

Parce que oui, évidement, ce livre parle de la condition féminine et de l’inégalité homme-femme en mettant en avant le fait que, dans ce monde, les écuyères ne sont absolument pas prises au sérieux. La candidate au Tournoi va alors devoir faire face à tout ce que représente sa participation et mettre, ou pas, ses problèmes personnels de coté et tout faire pour gagner.

Chose étonnante je n’ai pas vraiment eu de préférée. Je les aime toutes pareillement. Ce qui est extrêmement rare, surtout dans une histoire comprenant autant de personnages.

Au niveau de l’orthographe, il reste des coquilles mais rien qui n’empêche de profiter de sa lecture.

Ce livre est un énorme coup de cœur et je ne peux que vous encourager à le lire

En résumé :

Les points résolument positifs : Des héroïnes attachantes. Une évolution flagrante pour chacune d’entre elles. L’attachement intense que l’ont ressent à leurs égards très rapidement. Le ton fluide, énergique et non dénué d’humour. Les quelques pages de dessins à la fin qui permettent de mieux se représenter les personnages (mais du coup je les aurais peut-être mises au début pour la version numérique)
Les points qui le sont hélas moins : Les coquilles. Le début, un peu moins intense que le reste.

défi lecture 2016

Défi lecture 2016 : Un livre écrit sous un pseudonyme.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2 thoughts on “L’académie Minerve – Pralinus (coup de cœur)

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.