A Silent Voice tomes 1, 2 et 3 – Ohima Yoshitoki

A Silent Voice tomes 1, 2 et 3 - Ohima YoshitokiTitre : A Silent Voice
Tomes 1, 2 et 3
Manga
Pays d’origine :
Japon
Thèmes : 
handicap – violence – regret – amitié – seconde chance – harcèlement scolaire
Nombre de volumes vf : 7 (terminé)
Nombre de volumes vo : 7 (terminé)

Autrice : Ohima Yoshitoki
Édition : Ki-oon
Collection : Shonen
Nombre de pages : 208, 192, 224
Date de sortie :  22 janvier 2015, 12 mars 2015, 15 mai 2015
Prix : 6,60€
Acheter A Silent Voice tome 1, tome 2 et tome 3 sur Amazon.
Lire la critique des tomes 4 et 5 de A Silent Voice.

Il en dit quoi le résumé ?

Shoko Nishimiya est sourde depuis la naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule.
Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle fait de son mieux pour dépasser ce handicap, mais malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible.
Tour à tour psychologiques puis physiques, les agressions du jeune garçon se font de plus en plus violentes… jusqu’au jour où la brimade de trop provoque une plainte de la famille de Shoko, ainsi que l’intervention du directeur de l’école. Ce jour-là, tout bascule pour Shoya : ses camarades, qui jusqu’ici ne manquaient pas eux non plus une occasion de tourmenter la jeune fille, vont se retourner contre lui et le désigner comme seul responsable…

A Silent Voice tomes 1, 2 et 3 - Ohima Yoshitoki

Et moi, j’en pense quoi ?

A Silent Voice tomes 1, 2 et 3 - Ohima YoshitokiMa lecture du premier tome remonte à un moment, à sa sortie peut-être, carrément ? (Yep. Amazon me confirme que je l’ai acheté début février 2015, moins de 15 jours après sa sortie). Et, si je l’avais trouvé vraiment bien, j’avais eu un peu de mal à imaginer de quoi les autres volumes allaient pouvoir parler. Du coup j’ai mis très longtemps avant de m’attaquer au tome 2. Quelle bêtise.

Dans le premier tome on fait la rencontre de Shoya, un gamin énergique, adepte des tests de courage et toujours prêt à faire n’importe quoi avec ses meilleurs amis.
Il semble assez sympa, très normal, pas vraiment le profil type de l’agresseur. Du moins jusqu’à ce que Shoko, une jeune fille malentendante, ne débarque dans sa classe. Si au début tout le monde est plus ou moins gentil avec elle, sa différence va l’amener à avancer un peu moins vite que les autres et, petit à petit, entrainés en partie par Shoya, les autres élèves vont commencer à se comporter avec elle de façon odieuse. Entre destructions de ses appareils auditifs, bousculades et insultes écrites au tableau, la vie de Shoko va être grandement compliquée. Malgré ça, la jeune fille va rester gentille et souriante envers ses bourreaux et ça, peut-être plus que le reste, va les inciter à se comporter avec elle de pire en pire.

Peut-on tout pardonner ?

Malgré l’attitude honteuse de Shoya et des autres élèves, le personnage plus horrible est encore le professeur. Il voit ce qui se passe avec Shoko et se contente d’une ou deux remontrances, histoire qu’on ne puisse l’accuser de rien, mais il est le premier à la mettre à l’écart par ses petites remarques déplacées devant la classe. Incitant tacitement les autres à en faire de même. Pareillement, quand les élèves confrontés par le directeur à leur bêtise se retourneront contre Shoya, il ne bougera pas le petit doigt.
Ce personnage est un lâche. Les enfants n’ont aucune excuse pour leur conduite, le fait d’être jeune ne dispense pas d’être responsable de ses actes. Malgré tout, le manga nous montre ce qui les pousse à agir de la sorte, et d’une certaine façon on peut comprendre (sans pour autant accepter ni excuser). Mais lui, en tant que figure d’autorité, est répugnant. Il n’apparait plus dans les tomes 2 et 3, et à moins qu’il n’ait fait un gros travail sur lui même, ça vaut peut-être mieux.

A Silent Voice tomes 1, 2 et 3 - Ohima Yoshitoki

Ce tome est dur. On comprend (un peu) pourquoi Shoya réagit de cette façon (envie d’être apprécié, de faire rire les autres, validation par le prof qui rit aussi de ses blagues et ferme les yeux quand c’est nécessaire, etc) et comme on ne voit pas le point de vue de Shoko on a un peu de mal à savoir ce qu’elle ressent, même si ce n’est pas non plus très difficile à imaginer.
Quand Shoya passe de bourreau à victime on ne peut s’empêcher pendant au moins quelques pages de se dire que c’est bien fait, qu’il l’a cherché. Encore plus quand on comprend  qu’il n’a nullement l’intention de se remettre en question. Paradoxalement, on a pourtant aussi de la peine pour lui. Même s’il a fait des erreurs, l’enfoncer de la sorte ne va pas l’aider à devenir quelqu’un de bien et à se repentir.

A Silent Voice tomes 1, 2 et 3 - Ohima YoshitokiUn premier tome qui ne donne pas vraiment la mesure des suivants mais qui était indispensable.

Si je pensais que l’histoire était à peut prés terminée (ou en tout cas qu’elle ne pouvait plus vraiment s’éterniser sur trop de tomes) après la lecture du premier volet, c’est parce qu’il est assez inhabituel d’avoir un premier tome d’introduction concernant l’enfance des héros quand l’histoire concrète s’attardera d’avantage sur leur adolescence. C’est pourtant ce que fait A Silent Voice et ça marche vraiment bien.

Dans le tome 2 finie l’enfance, nos héro.ïne.s ont quelques années de plus et Shoya s’en veut vraiment, vraiment beaucoup. Depuis la primaire (tome 1) il n’a plus eu d’ami. Un peu parce qu’il estime de pas en mériter, un peu parce qu’il méprise tout le monde. Sa situation est telle qu’il a décidé d’en finir avec la vie. Mais avant ça il tient à s’excuser auprès de Shoko.

C’est aussi à ce moment qu’un camarade de classe potelé avec une coiffure pas possible va tenter une approche après que Shoya lui ait involontairement rendu service. Ce gentil garçon ainsi que les gens qu’il va devoir rencontrer pour atteindre sa cible vont changer la donne et rapidement ses envies de suicide vont être remisées au placard.

Alors que le premier tome tournait exclusivement autour de Shoya, les deux suivants font la part belle à plusieurs nouveaux personnages secondaires variés et vraiment attachants.

Au niveau du dessin c’est plutôt joli et dynamique. Shoya est assez quelconque mais il y a une grande variété dans le design des autres persos. A chaque fois qu’il y a du décor (pas à chaque page mais presque) c’est très détaillé, ça fourmille de petites choses à regarder.

A Silent Voice tomes 1, 2 et 3 - Ohima Yoshitoki

Je n’ai en fin de comte pas grand chose à en dire parce que je n’ai pas très envie de résumer l’histoire, pour que tu puisses la découvrir par toi même si ce n’est pas déjà fait. Mais c’est un très bon titre, bourré de qualités, que je te conseille fortement.

En résumé

Points résolument positifs : Un bon rythme, de bons personnages, un thème peu abordé qui l’est bien (abordé) et de jolis dessins.
Point hélas négatif : Franchement, pas grand chose.

4 thoughts on “A Silent Voice tomes 1, 2 et 3 – Ohima Yoshitoki

  1. Ma grande a adoré ce manga. Elle m’a parlé de l’attitude du professeur qui la mettait en colère car elle a assisté à l’école à des scènes semblables avec un camarade qui était beaucoup trop chahuté par les élèves. Elle était tout à fait de ton avis.

Quelque chose à ajouter ? Fais le ici.